BFM Business

Royal critique les banques françaises "qui n'osent pas venir en Iran"

Ségolène Royal menace de recourir aux banques italiennes

Ségolène Royal menace de recourir aux banques italiennes - Rémy Gabalda - AFP

La ministre de l'Écologie a regretté que les établissements tricolores rechignent à venir en Iran, par crainte de mesures de rétorsion de la part de leurs homologues américaines. Elle déplore ainsi que les banques françaises n'accompagnent pas les entreprises dans le pays.

Ségolène Royal tacle les banques françaises. La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, leur a reproché dimanche de ne pas vouloir venir en Iran, alors qu'elle effectue une visite dans le pays.

"C'est un vrai problème. La question a été soulevée bien évidemment par les ministres iraniens mais aussi les sociétés françaises", a affirmé Ségolène Royal, expliquant que "d'un côté les sanctions ont été levées et en fait on se rend compte que dans les faits il y a encore des sanctions financières".

"Les banques françaises qui sont liées aux banques américaines n'osent pas intervenir en Iran. C'est tout à fait inadmissible", a déclaré la ministre lors d'une rencontre avec la presse française.

Faire appel à d'autres banques

"D'autant que par exemple en Italie il y a des banques de taille moyenne qui accompagnent les entreprises italiennes en Iran. Donc on va trouver des solutions".

Pour financer les accords, "si les grandes banques françaises ne veulent pas venir en Iran et bien on fera appel à des banques de taille moyenne dans d'autres pays européens", a-t-elle ajouté.

Les grandes banques françaises et européennes rechignent à venir en Iran par crainte des mesures punitives américaines.

Les États-Unis ont en effet maintenu une série de sanctions contre l'Iran liées aux droits de l'Homme, au terrorisme ou visant les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime.

Sur l'environnement "plusieurs sujets ont été évoqués (...) et comme nous faisons face aux mêmes types de problèmes en France, c'est une occasion formidable de coopérer", a dit Ségolène Royal à l'occasion de ses entretiens avec la vice-présidente iranienne Massoumeh Ebtekar, chargée de ce dossier.

La ministre française effectue une visite de trois jours en Iran, accompagnée d'hommes d'affaires à la tête d'entreprises spécialisées dans l'environnement et les énergies renouvelables.

"Nous allons construire des partenariats (...) dans les domaines de l'eau, de l'efficacité énergétique et de la pollution de l'air", a-t-elle déclaré à la presse, précisant qu'elle reviendrait en Iran en février pour faire le point sur l'avancée des projets.

J.M. avec AFP