BFM Business

Quand «les banques se gavent» sur votre dos

-

- - -

Frais abusifs, contrats surprises, commerciaux agressifs... De plus en plus de Français portent plainte.

Moins de plaintes, mais des secteurs davantage dans la ligne de mire des consommateurs. Selon l'indicateur semestriel de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), le nombre total des plaintes enregistrées au premier semestre 2009 diminue : 55 630, soit une baisse de 19% par rapport au deuxième semestre 2008. Mais les plaintes des consommateurs contre les banques et les fournisseurs d'électricité sont en nette augmentation : + 15,1% pour le secteur bancaire, avec 2 277 plaintes déposées, et + 3,8% avec 2 105 plaintes pour celui de l'électricité.
En revanche, les réclamations reculent significativement à l'encontre des opérateurs de téléphonie mobile (- 27,5%), ainsi que pour le secteur de l'hôtellerie et de la restauration (-38,3 %) et pour celui de la vente à distance et le e-commerce (-43,7%).

« Les banques se gavent de nouveaux frais »

Serge Maître, président de l'Association française des usagers des banques (Afub), affirme recevoir 200 plaintes par jours de clients mécontents de leur banque : « par exemple, des frais de mise à disposition de chéquiers, des frais de tenue de comptes et surtout, depuis quelques mois, des frais pour retirer l'argent à son compte dans l'agence où on l'a ouvert. Concrètement, ça va de 1 à 10 euros, des frais qui n'existaient pas auparavant et dont on a l'impression que les banques se gavent. La pratique tarifaire laisse penser qu'elles ont tendance à se sucrer, à se rattraper sur la tarification bancaire, pour compenser des pertes qu'elles ont enregistrées ailleurs. »

« Le problème récurrent des frais bancaires »

Plus 15% de plaintes contre les banques. Une augmentation qui correspond aussi, précise Hervé Novelli, « aux frais d'opposition de chèque ou à des niveaux de tarifications des services qui portent une qualification de "prix abusifs". » Et le secrétaire d'Etat au Commerce et à l'Artisanat de dénoncer « un problème récurrent des frais bancaires en France », qui « ajouté à la crise », explique selon lui, ces chiffres en hausse.

Electricité : des démarcheurs sans scrupules ?

Plus 3,8% de plaintes. Le secteur de l'énergie semble lui aussi fragilisé. Conséquence de l'ouverture du marché de l'électricité à la concurrence, les distributeurs sont de plus en plus nombreux. Et ce qui pose problème, ce sont tout d'abord les démarcheurs, jugés agressifs, prêts à tout pour recruter de nouveaux clients, qui se plaignent, par exemple, d'avoir signé contre leur volonté un nouveau contrat d'électricité, sous la pression de commerciaux sans scrupules.
Selon l'union de consommateurs UFC Que Choisir, ça va même beaucoup plus loin, puisque certains consommateurs ont changé de distributeur d'électricité sans avoir rien demandé à personne, sans avoir signé quoi que ce soit.
Enfin, les réclamations concernent les prix pratiqués par les nouveaux distributeurs. Ils affirment que leur électricité est moins chère, mais lorsque la facture arrive, elle est bizarrement plus salée qu'avec l'opérateur historique... Et pour cause, du tarif régulé, on est passé au tarif libre.

La rédaction, avec Christophe Bordet