BFM Business

"Offshore Leaks": BNP Paribas et le Crédit agricole dans le viseur

Le Crédit agricole aurait supervisé la création de sociétés offshore, selon Le Monde.

Le Crédit agricole aurait supervisé la création de sociétés offshore, selon Le Monde. - -

Dans son édition datée du 6 avril, Le Monde rapporte que les deux établissements français ont supervisé de nombreuses créations de sociétés offshore.

Après l’ancien trésorier de campagne de François Hollande, qui, selon Le Monde, est actionnaire de sociétés offshore, au tour des banques françaises d’être mises devant leurs responsabilités. 

Le Crédit agricole et BNP Paribas sont visées tout particulièrement. Car, selon le quotidien du soir daté du 6 avril, les deux établissements auraient supervisé la création de nombreuses sociétés offshore dans des paradis fiscaux.

Selon les documents que s’est procuré le Consortium international de journalistes d’investigation (Icij), BNP Paribas s’appuierait sur ses filiales asiatiques, à Hong Kong et Singapour, alors que le Crédit agricole opèrerait par le biais de sa filiale suisse.

>> A lire aussi - Pourquoi les paradis fiscaux sont incontournables

Rien d'illégal, sauf si...

Ces pratiques n’ont rien d’illégales, affirme Le Monde, tant qu’elles ne sont pas proposées à des clients de pays où ces sociétés sont interdites.

Les deux banques françaises n’ont donc pas pu légalement créer une société offshore à leurs ressortissants, puisque la loi française interdit le trust et exige de connaître le bénéficiaire d’une société.

D’un point de vue moral, ces pratiques semblent par contre en contradiction avec certains principes défendus par les deux établissements.

Le 17 avril 2012, rappelle Le Monde, Baudoin Prot, le président du groupe BNP Paribas déclarait à la commission d’enquête du Sénat sur l’évasion fiscale: "Pour nous, il n’y a pas de compromis dans ce domaine: nous tenons à être absolument exemplaires". 

>> A lire aussi - "Offshore leaks": Augier est-il dans l'illégalité?

Le titre de l'encadré ici

|||

Le ministre des Finances allemand "heureux" de la publication de l'enquête

Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, s'est félicité  du rapport international, fruit du travail de 36 médias sur les paradis fiscaux, vendredi 5 avril. Selon lui, il contribuera à se débarrasser d'un modèle économique néfaste, comme l'a démontré la crise chypriote.

"Je suis heureux que ce rapport existe, car il va accroître la pression", a-t-il déclaré. Selon les médias outre-Rhin, des centaines d'Allemands figurent sur ces fichiers. Le rapport accuse les grandes banques internationales d'avoir aidé "activement" leurs clients fortunés à avoir accès aux services offshore. La Deutsche Bank est notamment pointée du doigt.

Y.D.