BFM Business

New York détrône Londres comme premier centre financier mondial

La City de Londres a vu sa réputation ternie par le Libor

La City de Londres a vu sa réputation ternie par le Libor - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Selon la dernière édition du classement du cabinet Z/Yen, New York a ravi à la City sa place de premier centre financier au monde, en grande partie en raison du déclin de la capitale anglaise. Paris perd 7 rangs à la 36ème place.

A rebours de la vigueur de l'économie britannique, la City de Londres perd une couronne qui lui était cher. Selon le dernier classement du cabinet Z/Yen, publié samedi 15 mars, la place londonnienne a été détrônée par New York comme premier centre financier au monde.

Le cabinet établit son classement, le quinzième du genre, en attribuant un certain nombre de points à des villes, avec parmi elles, aussi bien des grandes places boursières et financières (Hong-Kong, Paris, Tokyo, Boston...) que des sites off-shore (Jersey, Guernesey ou les Iles Caïmans).

New York comptabilise 786 points contre 784 pour Londres. Suivent ensuite Hong-Kong (761), Singapour (751), Zurich (730), Tokyo (722) et Seoul (718). Paris n'arrive qu'à la 36ème place. La capitale française recule ainsi de sept places, coincée entre Melbourne et Kuala-Lumpur.

Londres minée par le Libor

Pour les auteurs de cette étude, ce n'est pas tant New York qui grimpe que Londres qui décline. "Londres connaît la chute la plus prononcée du "top 50" (en termes de score, ndlr), explique ainsi Mark Yeandle, directeur associé chez Z/Yen.

"Ce qui semble être dû à un certain nombre de facteurs incluant les peurs d'une régulation rampante, les incertitudes liées à l'Europe, l'idée que Londres pourrait devenir moins accueillante envers les étrangers (…)", poursuit-il.

Londres est également pénalisée par les scandales qui l'ont éclaboussés, avec en premier lieu les affaires de manipulations de marché. Un banquier d'affaires, cité par l'étude, évoque ainsi le Libor comme dossier qui a terni la réputation de la place britannique. "Je pense que Francfort et Zurich la rattraperont bientôt".

L'étude souligne par ailleurs un resserrement au classement entre le "Big four" (New York, Londres, Singapour, Hong-Kong) et les autres places. Elle note que la plupart des villes européennes (23 sur 27) a chuté au classement.

Julien Marion