BFM Business

Libor: Deutsche Bank veut solder les poursuites

Les autorités aimeraient que les négociations aboutissent "avant la fin de l'année".

Les autorités aimeraient que les négociations aboutissent "avant la fin de l'année". - Thomas Lohne - AFP

La banque allemande serait en négociation avec les autorités américaines et britanniques pour solder les poursuites. Cet accord pourrait atteindre "des centaines de millions de dollars".

Le scandale du Libor n'en finit pas. Les autorités américaines et britanniques négocient actuellement avec Deutsche Bank un accord visant à solder les poursuites liées l'implication de la banque allemande dans l'affaire des manipulations du taux interbancaire Libor, affirmait le 6 octobre le Wall Street Journal. Cet accord pourrait atteindre "des centaines de millions de dollars".

Les discussions sont menées aux Etats-Unis avec le régulateur américain des produits dérivés, des contrats à terme et des matières premières, la CFTC, et le département de la Justice, et au Royaume-Uni avec l'Autorité de conduite financière (FCA), écrit le quotidien économique sur son site internet en citant des sources proches du dossier.

Les autorités aimeraient qu'elles aboutissent "avant la fin de l'année", mais "il est peu probable qu'elles se concluent avant début 2015", a précisé l'une d'entre elles.

Amende de 725 millions de dollars

Le scandale de la manipulation du Libor, un taux crucial dans le monde de la finance ayant une incidence sur une énorme quantité de produits financiers, avait éclaté en 2012 avec l'amende infligée par les autorités britanniques et américaines à la banque Barclays, suivie par d'autres établissements. Deutsche Bank a déjà dû verser une amende de 725 millions de dollars à la Commission européenne en décembre dernier dans cette affaire.

Sans confirmer ou nier l'existence de négociations sur un accord, Deutsche Bank a assuré dans un courriel à l'AFP qu'elle "coopérait avec les diverses enquêtes en cours" sur le Libor et, qu'à ce stade, "aucun membre, actuel ou passé, du conseil d'administration n'avait été impliqué de façon inappropriée" dans cette affaire. "Certains employés, de leur propre initiative, ont eu recours à des pratiques ne correspondant pas aux normes de la banque et des mesures ont été prises en conséquent", ajoute le message.

D. L. avec AFP