BFM Business

Klarna devient la plus grosse fintech d’Europe

-

- - -

Après une nouvelle levée de fonds, l’entreprise suédoise est désormais valorisée à 5,5 milliards de dollars.

Vous n’avez jamais entendu parler de Klarna ? L’entreprise suédoise, fondée en 2005, se présente pourtant comme la principale fintech européenne (et la 6ème au monde) avec une valorisation désormais établie à 5,5 milliards de dollars. Ce mardi, l’entreprise a annoncé une nouvelle levée de fonds de 460 millions de dollars pour poursuivre son extraordinaire croissance.

Si la licorne est peu connue en France, c’est parce qu’elle n’y est pas active. Et qu’elle n’a pas l’intention de l’être. Le fonds de commerce de cette fintech audacieuse, c’est la solution de paiement. Rien de révolutionnaire ? En réalité, Klarna propose le paiement jusqu’à 14 jours après la livraison, en plusieurs fois si nécessaire. Pour proposer ce service, l’entreprise assume le risque de fraude : elle paie le vendeur qui envoie la marchandise et se fait ensuite rembourser par le client, moyennant une commission de 3%. Pour l’acheteur, c’est la possibilité de tester avant de payer. « Klarna travaille maintenant avec 130 000 marchands, dont H & M, Adidas, IKEA, Groupe Expedia, ASOS, Pelotan, Abercrombie & Fitch, Michael Kors, Nike, AliExpress… » affirme le groupe dans un communiqué. La fintech est présente dans 14 pays dont la Suède, l’Allemagne et désormais les Etats-Unis où l’entreprise enregistre plus de 6 millions de clients.

Et elle ne manque pas d’ambition. Son directeur général, Sebastian Siemiatkowski espère bien bouleverser le secteur de la banque de détail. « Enfin la transparence, la technologie et la créativité seront au service du consommateur et il n'y aura plus de place pour des produits sans imagination, des conditions d'utilisation peu transparentes ou un manque d’attention sincère envers ses clients » affirme-t-il après cette nouvelle levée de fonds.

Faut-il donc s’attendre à voir débarquer Klarna en France ? Probablement pas. La fintech a besoin d’avoir accès à l’historique de crédit des clients pour s’assurer de leur fiabilité. Facile en Suède, plus difficile en France où ce type d’informations reste sensible. Mais peut-être y proposera-t-elle des services bancaires plus classiques comme des cartes de crédit ou des comptes de dépôt. En attendant, Klarna prépare activement son introduction en bourse, qui aura lieu probablement en 2020.