BFM Business

Goldman Sachs est intraitable avec les tricheurs

Le scandale touche la division de création des produits financiers de plusieurs filiales dans le monde, dont les bureaux de Londres et New York.

Le scandale touche la division de création des produits financiers de plusieurs filiales dans le monde, dont les bureaux de Londres et New York. - Richard A. Brooks - AFP

La banque américaine a renvoyé une vingtaine de salariés tout récemment recrutés. Motif ? Ils avaient triché lors des tests destinés à valider leur formation interne.

Aussitôt recrutés… aussitôt virés. C'est l'expérience vécue par une vingtaine de jeunes banquiers qui venaient de rejoindre la prestigieuse banque Goldman Sachs. Leur employeur n'a pas apprécié qu'ils se livrent à des tricheries lors d'examens internes, révèle l'agence Bloomberg.

En effet, même s'ils ont été triés sur le volet, les nouveaux salariés ne sont pas opérationnels tout de suite: ils doivent suivre une formation pour apprendre les ficelles du métier ainsi que toutes les règles qui régissent le secteur bancaire. Et pour vérifier que tout cela est bien assimilé, ils doivent régulièrement passer des tests. Apparemment, les salariés ont décidé de s'entraider lors de ces examens, mais Goldman Sachs ne veut pas en dire plus sur les moyens utilisés.

Plus de 260.000 candidatures reçues

"Cette conduite était non seulement une violation claire des règles, mais totalement incompatible avec les valeurs que nous entretenons au sein du cabinet", a déclaré Sebastian Howell, un porte-parole de Goldman Sachs à Londres, à Bloomberg. Une source interne a indiqué que le scandale touchait la division de création des produits financiers de plusieurs filiales dans le monde, dont les bureaux de Londres et New York.

Les jeunes banquiers doivent en tout cas se mordre les doigts d'avoir cédé à la facilité. Rejoindre Goldman Sachs est le rêve de beaucoup de diplômés de la finance: la banque a reçu l'année dernière 267.000 candidatures. Au final, elle n'en a retenu que 3%. L'établissement est en effet classé depuis 1984 comme l'une des 100 meilleures compagnies américaines où il fait bon travailler, établi chaque année par le magazine Forbes.

C.C.