BFM Business

Dexia, une épée de Damoclès pour les finances publiques

En 2025, Dexia comptera encore 50 milliards d'euros de crédit

En 2025, Dexia comptera encore 50 milliards d'euros de crédit - -

La banque franco-belge a encore perdu 329 millions d'euros au premier trimestre 2013. Ses actifs vont mettre des dizaines d'années à être liquidés, laissant planer une menace pour l'Etat français qui supporte le risque.

Dexia continue de perdre de l'argent. Mercredi 8 mai, la banque a encore annoncé une perte de 329 millions d'euros sur le premier trimestre 2013. Un énorme risque pour l'Etat français.

La banque franco-belge peut, en effet, être comparée à une centrale nucléaire. Même si l'établissement est en voie d'extinction, son démantèlement va prendre des années, car Dexia porte encore plus de 200 milliards d'euros d'actifs, pas forcément tous toxiques, mais invendables en ce moment.

Leur liquidation repose sur énormément d'incertitudes: notation, dégradation des marchés...Dexia n'est pas à l'abri d'un nouveau choc.

Même si tout se passe comme prévu, les administrateurs sont très clairs: en 2025, Dexia portera encore plus de 50 milliards d'euros de titres et de crédits.

L'autre bombe: le contentieux avec les collectivités locales

Quant aux pertes estimées pour la seule année 2013, elles se chiffrent à 1 milliard d'euros. Le retour à l'équilibre n'est pas prévu avant 2018 !

Sans compter l'autre bombe à retardement: 10 milliards d'euros de prêts toxiques ont été accordés aux collectivités locales, et plus de 50 d'entre elles l'ont déjà assignées en justice.

Tous ces risques sont aujourd'hui portés par l'Etat. Une véritable épée de Damoclès pèse ainsi sur les finances publiques.

Caroline Morisseau