BFM Business

Danièle Nouy: "les marchés sous-estiment les efforts des banques européennes"

Danièle Nouy estime que les craintes du marché sont plus élevées qu'elles ne devraient l'être.

Danièle Nouy estime que les craintes du marché sont plus élevées qu'elles ne devraient l'être. - -

La présidente du comité de supervision bancaire de la Banque centrale européenne était l'invitée de BFM Business, ce lundi 3 mars. Elle est notamment revenue sur les stress tests qui seront prochainement réalisés sur les banques de l'Union.

Elle est la nouvelle gendarme des banques de la zone euro. Danièle Nouy, ex-patronne de l'autorité de contrôle prudentiel, a pris la présidence du comité de supervision bancaire de la Banque centrale européenne (BCE), qui dès novembre prochain endossera son costume de superviseur bancaire unique.

En attendant, la BCE va s'assurer du bon état de santé du secteur en menant une revue de la qualité des actifs bancaires, qui sera ensuite suivie de stress tests.

Invitée de BFM Business ce lundi 3 mars, Danièle Nouy a rappelé que cet exercice risque de provoquer de la casse. "Mario Draghi a dit que pour être crédible, il devrait y avoir des banques défaillantes dans les stress tests", a-t-elle rappelé.

"Des situations appelleront l'utilisation des fonds propres publics"

Elle précise néanmoins "qu'il y a plusieurs façons d'être défaillant". "Un certain nombre de banques auront besoin de fonds supplémentaires, et on espère que grâce à l'exercice d'analyse de la situation des bilans bancaires, les investisseurs auront beaucoup moins de craintes à investir dans les obligations et les actions des banques européennes".

Néanmoins, "il y aura forcément des situations qui appelleront l'utilisation des fonds propres publics, et à ce moment-là il faudra se poser la question de savoir si ces banques doivent continuer à exister ou si elles doivent être mises en liquidation dans des conditions ordonnées", a-t-elle prévenu.

"Les marchés sont plus inquiets qu'ils ne devraient l'être"

Selon elle, les établissements commencent à se préparer. "Un certain nombre de banques ont émis des produits de fonds propres en se disant qu'il est peut-être intéressant de se couvrir plus tôt et peut-être même plus que nécessaire, pour ne pas avoir de difficultés au moment où il pourrait y avoir un pourcentage de banques plus important qui ferait appel au marché", a-t-elle relevé.

Pour elle, la revue de la qualité des actifs bancaires est "une belle opportunité de faire un exercice de transparence et rendre la confiance au marché dans les banques européennes, car on voit qu'il y a encore des doutes, des réticences de la part des investisseurs à financer les banques européennes".

"Je pense que les efforts des banques européennes pour se recapitaliser, pour gérer leur bilan, pour se débarasser d'un certain nombre d'activités et de créances, ont été plus important que ce qui est reconnu par le marché", a-t-elle estimé. "Les marchés sont plus inquiets qu'ils ne devraient l'être et sous-estiment d'une manière générale les efforts réalisés", a-t-elle affirmé.

J.M.