BFM Business

Cette carte bancaire se pilote à volonté depuis un smartphone

-

- - -

La start-up française Lydia lance une carte Mastercard dont les plafonds de retrait ou le code PIN se changent depuis l'application mobile qui lui est associée.

Une carte de paiement dont les paramètres sont gérés par son porteur depuis son mobile et non imposés par la banque? C'est la promesse de la carte Mastercard que lance la fintech française Lydia.

Cette jeune société a conçu une carte bancaire qui se pilote depuis l'application mobile de l’utilisateur avec laquelle elle est intimement associée. Jusqu'à présent, l'application, disponible depuis juillet 2013 et utilisée par 500.000 personnes, se contentait de faciliter les échanges électroniques d'argent entre particuliers. Désormais, elle ajoute la fourniture d'une carte. Lydia se situe sur le terrain des banques "mobiles" de nouvelle génération comme la start-up allemande Number26, axant leur stratégie technologique et marketing sur l'usage du smartphone. 

En terme de cible, elle a vocation à être une carte d'appoint pour des utilisateurs déjà bancarisés auprès d'établissement traditionnels souhaitant s'en servir (par exemple) pour payer en ligne ou à être une première carte pour un étudiant utilisant déjà l'application Lydia. La carte n'autorise aucun découvert (on ne peut dépenser que le crédit dont on dispose) contrairement à la plupart de celles émises par les grandes banques en ligne notamment.

Lydia appartient à la catégorie des fintechs françaises

Sa principale innovation est de donner au porteur de la carte, via son smartphone, la main sur l'ensemble du paramétrage bancaire qui encadre son utilisation au quotidien.

"Les cartes traditionnelles sont contrôlées par un système informatique bancaire auquel l’utilisateur n’a pas accès et dont il ne comprend pas nécessairement le fonctionnement détaillé" explique-t-on chez la start-up.

Ayant déjà levé plus de 4 millions d'euros, Lydia appartient à la génération des fintech: le Compte Nickel, Linxo, Morning (ex-Payname), Advize,... Toutes bousculent par des innovations de services, le monde bancaire traditionnel, dont les systèmes informatiques, plus anciens, sont moins souples et réactifs.

Depuis l’application mobile Lydia, l'utilisateur bénéficie d'une palette de fonctions activables et désactivables à volonté et prises en compte instantanément, telles que le paiement sans contact, les plafonds de retrait et même le code PIN de la carte.

L'application délivre aussi à chaque opération réalisée, un ticket qui apparaît instantanément sur le mobile. Dématérialisé, il restera ensuite stocké dans l’application. Par ailleurs, plus de risque d'être pénalisé ou bloqué par les inévitables délais bancaires: les transferts d’argent (depuis un compte bancaire existant) sont instantanés.

Outre les paiements en magasin et en ligne ou le retrait d’argent au distributeur, la carte Lydia fonctionne à l’étranger. Elle est disponible en pré-commande en ligne sur le site internet de la société. Il en coûte 10 euros pour l'obtenir puis 3,99 euros/mois, tout inclus, la start-up précisant qu'elle ne prélève aucun frais notamment lorsqu'elle est utilisée à l'étranger.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco