BFM Business

Carrefour teste avec BNP Paribas le paiement sur mobile en caisse

"BNP Paribas et Carrefour testent une appli mobile qui englobe le paiement, la gestion des opérations promotionnelles et des points de fidélité. Une dizaine de magasins franciliens seront concernés à l'automne 2016."

BNP Paribas et Carrefour s'ouvrent au commerce connecté. Ce concept recouvre une application internet qui permet au client, quelle que soit sa carte bancaire ou sa banque, de payer avec son smartphone en combinant automatiquement au paiement, le décompte de ses points de fidélité ou la prise en compte de coupons de réduction dématérialisés. Cette innovation se distingue aussi des applications de paiement mobile déjà lancées par les banques dont BNP Paribas avec Paylib, car sa vocation est d'être aussi utilisée en magasin et pas seulement pour régler les achats en ligne.

Le distributeur et la banque expérimentent ainsi une application mobile qui sera déployée dans les prochains mois en Ile-de-France, dans une dizaine de points de vente représentant l’ensemble des formats de magasins Carrefour. Baptisée "Wa!", cette appli gratuite propose aux clients de l'enseigne des services dématérialisés de paiement électronique, de fidélité et de couponing.

L'application incorpore un porte-monnaie "virtuel" dans lequel le client aura préalablement indiqué ses préférences en matière de carte bancaire qu'il désire utiliser.

BNP Paribas cherche d'autres enseignes partenaires

Concrètement, une fois arrivé à la caisse du magasin, le client finalisera, en saisissant son code personnel sur son mobile, la transaction relatif au paiement de ses achats dans les magasins (hypermarchés, supermarchés, magasins de proximité…) avec la garantie de toujours profiter de ses avantages liés à ses points de fidélité.

L'application mobile se connecte en effet, au moment de la transaction, à la plate-forme Internet co-développée par Carrefour et BNP Paribas, en tenant compte des promotions commerciales dont le client peut bénéficier.

Les deux partenaires ont l'intention d'ouvrir leur plate-forme Internet à des start-up externes pour enrichir les services disponibles via son application. Mais le véritable défi pour la banque sera de convaincre d'autres enseignes de la distribution.

Frédéric Bergé