BFM Business

Banco Esperito Santo inquiète le Portugal

Banco Esperito Santo est en grande difficulté.

Banco Esperito Santo est en grande difficulté. - -

Le titre de la banque portugaise a encore chuté lourdement en bourse, ce vendredi 1er août, tandis que deux filiales de son premier actionnaire ont déposé le bilan.

Rien ne va plus pour Banco Esperito Santo. Pour la deuxième journée de suite, l'établissement portugais a plongé en bourse ce vendredi 1er août. La commission boursière portugaise a même suspendu la cotation du titre.

A ce moment, l'action plongeait de 40,30% à 0,12 euro, un nouveau plus bas historique. Inquiets pour la solvabilité de la banque, les investisseurs ont en effet vendu massivement les titres BES, deux jours après la publication d'une perte historique de 3,57 milliards d'euros.

Deux filiales déposent le bilan

La banque américaine Goldman Sachs, de son côté, a indiqué avoir ramené sa participation dans BES, acquise le 22 juillet, de 2,27% à 1,91%. Une annonce qui a accéléré la chute du titre.

Pour couronner le tout, deux filiales de la holding Espirito Santo Financial Group (ESFG), premier actionnaire de la banque portugaise BES, ont annoncé, coup sur coup, ne pas être en mesure d'honorer leurs dettes et ont déposé le bilan.

Dans l'incapacité de régler ses dettes, Espirito Santo Financière, filiale d'ESFG au Luxembourg, a demandé vendredi soir à être placée sous le régime de gestion contrôlée par les autorités luxembourgeoises.

La Bourse de Lisbonne dévisse

Quelques minutes plus tard, Espirito Santo Financial Portugal (ESFP) a déposé le bilan au Portugal, reconnaissant son "incapacité à honorer ses engagements" en matière de dette. C'est à travers cette filiale que Espirito Santo Financial Group détient 20,1% de la banque BES.

En un mois, le titre Banco Esperito Santo a perdu plus des deux tiers de sa valeur et la capitalisation boursière de la banque est passée vendredi sous le seuil du milliard d'euros, à 674 millions d'euros.

Dans la foulée, la Bourse de Lisbonne a dévissé pour la deuxième fois consécutive à la clôture (-3,04%). Très exposé à la dette du groupe Espirito Santo, Portugal Telecom a quant à lui chuté de 4,28% à 1,54 euro.

Y. D .avec AFP