BFM Business

Entre Calais et Boulogne, Castex au chevet de la pêche à un mois du Brexit

Jean Castex est arrivé jeudi matin à Boulogne-sur-Mer, à la rencontre de pêcheurs inquiets des conséquences du Brexit alors que les négociations patinent toujours à un mois de la fin de la période de transition.

Jean Castex est arrivé jeudi matin à Boulogne-sur-Merpour rencontrer des pêcheurs inquiets des conséquences du Brexit. Plus généralement, le Premier ministre, qui se rendra ensuite à Calais, viendra vérifier les préparatifs à cette bascule, qui s'opérera quoiqu'il arrive au 1er janvier 2021, qu'un accord commercial soit trouvé ou non entre l'Union européenne et Londres.

Cette visite intervient d'ailleurs alors que le processus semble s'accélérer: le négociateur européen, Michel Barnier, a indiqué mercredi aux Etats membres que les prochaines heures de discussions seraient décisives, tandis que Boris Johnson, le Premier ministre britannique, s'est dit "optimiste" sur les chances d'aboutir.

Dans l'attente de ce dénouement, l'objectif pour Jean Castex est de s'assurer "que les services de l'Etat sont bien mobilisés", tant au niveau des infrastructures que du personnel, dixit Matignon qui souligne que 1700 agents ont été recrutés dans les services des douanes, vétérinaires, de la police...

"A ce stade, on est confiant sur notre niveau de préparation", soulignent les services du Premier ministre, en rappelant que des exercices "grandeur nature" ont été effectués ces deux dernières années.

Les Hauts-de-France concentrent évidemment l'essentiel des enjeux, puisque 70% des échanges commerciaux entre l'UE et le Royaume-Uni y transitent, à raison de 12.000 poids lourds, 13.000 voitures et 60.000 passagers par jour.

Mais à l'approche de l'échéance, les craintes se cristallisent sur le secteur de la pêche, les professionnels du secteur s'inquiétant de ne plus avoir le même accès aux eaux britanniques, très poissonneuses.

"Il faut l'accès aux eaux, c'est impératif", a insisté auprès de Jean Castex Olivier Leprêtre, président du comité régional de la pêche. "Si on se rabat sur les eaux françaises, il y a un risque de surexploitation de la ressource", a-t-il ajouté, alors que Jean Castex venait de visiter le Klondyke, bâteau de pêche hauturière travaillant au nord de l'Ecosse. Economiquement, l'enjeu est relativement faible - l'activité ne représente qu'une part négligeable pour les 27 et pour le Royaume-Uni - mais la symbolique est forte, dans un contexte de tensions récurrentes, parfois d'accrochages, entre pêcheurs de l'UE et britanniques. Ce point a donc fini par devenir l'une des principales pommes de discorde dans les négociations.

Rassurer

Jean Castex devra donc essayer de "rassurer" les pêcheurs et les industriels qui transforment le poisson, "partager avec eux le fait que l'on prépare toutes les éventualités", selon Matignon.

Pour les Français, la pêche dans les eaux britanniques représente environ 20% de l'activité de pêche en Atlantique - Manche - Mer du Nord, soit environ 180 millions d'euros. L'impact d'un "no deal", qui signifierait aussi un rétablissement des droits de douanes selon une grille tarifaire de l'Organisation mondiale du commerce, est encore difficilement mesurable et devra s'évaluer "au cas par cas, selon les ports", fait-on valoir à Matignon.

Mais, faute de certitudes, il est encore "un peu tôt" pour parler d'éventuelles aides au secteur, souligne Matignon en rappelant que la Commission européenne a prévu un fonds pour venir en aide aux filières les plus touchées par le Brexit. Jean Castex se rendra également à Calais, au port de commerce mais aussi sur le site d'Eurotunnel. Là encore, il s'agit de se préparer à tous les scénarios: en fonction de ceux-ci, les contrôles seront plus ou moins étendus. Les autorités s'attendent par exemple à ce que le contrôle d'un passager en provenance de Grande-Bretagne passe de 20 secondes aujourd'hui à plus d'une minute en cas de vérifications plus poussées. Avec un enjeu: réduire au maximum les files d'attente de camions, en s'assurant de la fluidité du fonctionnement des points de dédouanement et de contrôles de sécurité et sanitaires.

AKM avec AFP