BFM Business

Six Français sur dix s'ennuient au travail (et beaucoup le cachent)

-

- - Pexels

Même s'ils n'ont aucune motivation pour accomplir leurs tâches ou qu'ils sont désœuvrés, ils font tout pour ne rien laisser paraître. 65% des femmes et 59% des hommes avouent faire semblant d'avoir un travail passionnant.

Après un week-end radieux, ce lundi matin doit être bien pénible pour une partie des Français qui reprennent le chemin du travail. En effet, l'ennui les y attend. C'est en tout cas ce que 63% des salariés sondés par l'agence Qapa (1) ont avoué ressentir vis-à-vis de leur travail. Pour 29% des femmes et 26% des hommes, il est même "très ennuyeux".

Une situation qui pèse, surtout auprès des femmes. 51% déclarent "ne pas vivre bien du tout" cette situation d'ennui et de désœuvrement, alors que seulement 39% du collègue de leurs collègues masculins ont cet état d'esprit. Les hommes sont en revanche plus nombreux à le vivre "moyennement bien" (49% contre 40%).

Mais l'ennui ressenti par les sondés n'est pas forcément le synonyme d'un emploi vide de sens. Car seulement 31% des femmes et 28% des hommes jugent que leur travail n'a aucun intérêt. Paradoxalement, près de la moitié trouvent que leur travail a une utilité. Mais, si ce sondage ne permet pas définir l'origine de leur mal être, c'est souvent à cause de perspectives d'évolutions nulles, de tâches trop répétitives ou encore l'absence d'intérêt de la part de leur hiérarchie.

Prêts à accepter un job moins payé mais plus intéressant

Les Français tiennent en tout cas à sauver les apparences et ne montrent en rien leur ennui. 89% des femmes et 91% des hommes cachent leur ressenti. Pire encore, ils adoptent une posture et 65% des femmes et 59% des hommes font semblant d'avoir un travail passionnant. Mais fort de leur expérience personnelle, ils ne s'en laissent pas conter par l'attitude de leur collègue. 72% des femmes et 66% des hommes se disent capables de ressentir l'ennui de leurs collaborateurs.

Mais pourquoi rester à ce poste qui ne leur apporte aucune satisfaction? Le confort matériel n'est pas la priorité pour la majorité. Les femmes sont 52% à déclarer qu'elles seraient prêtes à accepter un salaire plus bas si elles ne s'ennuyaient plus au travail et ils sont 56% chez les hommes.

(1) Sondage réalisé entre le 13 et le 20 février 2019 auprès des 4,5 millions de candidats sur Qapa.fr, dont 52% de non-cadres et 48% de cadres.

Coralie Cathelinais