BFM Business

Salaires: les entreprises rabotent leurs prévisions d'augmentations

Ce sont les salariés des grandes entreprises, qui réalisent 100 millions de chiffre d'affaires, qui vont s'en sortir le mieux.

Ce sont les salariés des grandes entreprises, qui réalisent 100 millions de chiffre d'affaires, qui vont s'en sortir le mieux. - Huetes- CC

En raison du contexte économique, les employeurs vont revoir à la baisse le budget dédié aux augmentations générales et individuelles pour 2017, selon une étude Deloitte. Les cadres sont les plus touchés.

Ne comptez pas trop sur une belle augmentation cette année. Les entreprises vont en effet se montrer moins généreuses que ce qu'elles prévoyaient à la rentrée, révèle une étude du cabinet Deloitte. Au vu de la faiblesse de l'inflation, un tiers des sociétés a décidé de réviser les augmentations envisagées pour leurs salariés, soit en les baissant soit en les supprimant.

Dans le détail, il y a 6 mois, les employeurs prévoyaient d'augmenter, en médiane, la rémunération de leurs cadres de 1,80%. En ce début d'année, elles n'envisagent plus que 1,60% d'augmentation. Les autres catégories socio-professionnelles vont elles aussi devoir se serrer la ceinture, mais dans une moindre mesure: les patrons prévoyaient d'augmenter les employés et les cadres supérieurs de 1,70% en septembre. Désormais, ils n'envisagent plus que 1,65% pour les premiers et 1,60% pour les seconds.

Les grandes entreprises plus généreuses

Ce sont les salariés des grandes entreprises, qui réalisent 100 millions d'euros de chiffre d'affaires, qui vont s'en sortir le mieux. Par exemple, un cadre devrait y espérer 1,90% d'augmentation, tandis qu'un de ses collègues travaillant dans une entreprise au chiffre d'affaires inférieur ne pourra espérer que 1,50%. "Les secteurs de la banque et de l'industrie de la santé ont des pratiques d'augmentation plus dynamiques que d'autres secteurs", soulignent les auteurs de l'étude. Les secteurs des services et de la grande consommation sont ceux qui ont une politique de gratification plus chiche.

Par ailleurs, les chiffres d'augmentations annoncés par les employeurs nécessitent une précision: il s'agit dans 73% des cas d'augmentations individuelles pour les cadres. Elles vont représenter 62% du budget alloué aux augmentations. Seulement 20% des employeurs comptent panacher des augmentations individuelles et générales. Des chiffres qui ne font que conforter la tendance qui s'affirme d'année en année: les entreprises privilégient l'individualisation des augmentations.

C.C.