BFM Business

Quand votre voisin d'open space sera... un robot

"Dans les usines, la mixité entre robots et humains est déjà une réalité. Cette révolution avance à grands pas dans l'open space. Voici comment les droïdes vont devenir vos collègues. "

Dans un futur pas si lointain, votre voisin d’open space sera peut-être un robot. Un droïde qui ne prend aucune pause, ne fait jamais grève, ne ronchonne pas. À terme, ils pourraient même nous remplacer. Mais avant, on devrait tous se côtoyer gentiment au bureau.

Désormais, les robots maîtrisent la promiscuité avec les humains. Quand ils étaient cantonnés à leur job dans l’industrie, ils restaient dans leur coin, derrière de grosses grilles, pour ne blesser personne avec leurs membres métalliques. Puis petit à petit, ils sont devenus des assistants, à la R2D2. Pour aider les ingénieurs à porter des pièces lourdes par exemple.

Ils ne se contenteront pas de servir le café

Pour les faire travailler au milieu des hommes, il a fallu leur apprendre à se comporter correctement en présence d'humains. Le département robotique du Laboratoire d'informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier, le Lirmm, a beaucoup travaillé sur ces sujets, pour faire notamment progresser la mixité entre intelligence artificielle et intelligence humaine. Aujourd’hui, ce n’est plus qu’une question de temps avant que l'intelligence artificielle ne débarque dans l’open space.

Sous quelle forme? Cela pourra être des robots de téléprésence, avec un écran à la place de la tête, des automates, et même pourquoi pas des humanoïdes. Selon des chercheurs d’Harvard, 47% des postes pourraient à terme être occupés par des robots. Autant dire qu’ils ne vont pas se contenter de servir le café ou de nettoyer les WC. Aujourd’hui ils peuvent peindre aussi bien que Rembrandt, prendre des décisions plus rapides et plus sûres qu’un trader. Demain, celui à qui vous demanderez des congés, celui qui vous enverra les rapports clients, sera peut-être un robot bien huilé.

Des robots patrons?

Et si à terme, ils doivent tous nous remplacer, avant, il va falloir qu’on les forme. Donc qu’on cohabite tous ensemble dans l’open space. Cette période devrait avoir ses bons côtés. Votre voisin robot ne va jamais renifler bruyamment, ou se mettre à siffloter. Il risque aussi d’être plutôt taiseux. Pas celui qui va raconter des blagues en réunion. Et au début, on sera son chef. On pourra lui déléguer toutes nos tâches ingrates, sans qu'il ne formule aucune plainte. Même s'il n'est plus si fantaisiste d'imaginer que les robots aient des sentiments.

Après, ils finiront peut-être par nous diriger. Ça vous paraît de la science-fiction? Pourtant les robots patrons existent déjà. Depuis deux ans, Vital, un algorithme calculateur de risques, administre un fonds d’investissement japonais. Au conseil, son avis pèse autant que celui des cinq autres administrateurs.

Nina Godart