BFM Business

Prendre le train pour aller au boulot, c'est bon pour la santé

Les voyageurs résidant à Paris intra-muros marchent en moyenne 1.000 pas de plus par jour que ceux qui habitent en banlieue.

Les voyageurs résidant à Paris intra-muros marchent en moyenne 1.000 pas de plus par jour que ceux qui habitent en banlieue. - Thomas Coex - AFP

Les Franciliens qui empruntent les transports en commun sont plus actifs que ceux qui ont recours à leur voiture. Un argument santé sur lequel la SNCF compte bien capitaliser.

Serrés les uns contre les autres et stressés par les incidents de trafic, les Franciliens qui empruntent chaque jour les transports en commun pour aller à leur travail ne s'en rendent pas forcément compte. Pourtant, ils sont en train d'œuvrer pour leur santé et leur bien-être.

Une étude menée par la SNCF, Withings qui développe des objets connectés orientés vers la santé, et l'hôpital de la Pitié Salpétrière, révèle que les usagers des transports en commun font environ 7.900 pas par jour, soit 900 pas de plus que ceux qui ont fait le choix de se déplacer en voiture. Car se rendre à la gare, emprunter les longs couloirs pour accéder aux quais, marcher entre deux changements de train, l'air de rien, cela constitue une activité physique. 

Ceux qui ont décidé d'éviter les escalators au profit des escaliers font 1.200 pas de plus que les adeptes de l'automobile. De plus, les voyageurs résidant à Paris intra-muros marchent en moyenne 1.000 pas supplémentaires par jour que ceux qui habitent en banlieue. Il en faudrait peu pour que ces Franciliens atteignent les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé, qui estime qu'il faut faire 10.000 pas par jour pour écarter les méfaits de la sédentarité.

La SNCF veut promouvoir... la marche

Fort de cet argument santé, la SNCF compte inciter les usagers à avoir de plus en plus recours aux déplacements à pied. Naturellement pas pour se détourner de ses services, mais en améliorant l'expérience de ses clients pour qu'ils abandonnent définitivement leur voiture.

La compagnie ferroviaire s'engage notamment à simplifier l'articulation entre les différents modes de transport. Non pas en développant de nouvelles lignes, mais en mettant en place une meilleure signalétique. Comme par exemple en indiquant clairement comment, au sortir d'une gare, rejoindre l'arrêt de bus ou en installant des panneaux permettant de savoir combien de temps il faut pour se rendre dans un bâtiment public à proximité.

La SNCF veut aussi sortir les Franciliens de leurs habitudes en proposant des trajets alternatifs sur l'application Transilien. Il s'agit de privilégier les gares moins saturées ou de remplacer un changement de train par quelques minutes de marche.

C.C.