BFM Business

Pourquoi demander une augmentation lors de son entretien annuel est une mauvaise idée?

Obtenir une formation peut-être un moyen de voir ses revenus augmenter à moyen terme.

Obtenir une formation peut-être un moyen de voir ses revenus augmenter à moyen terme. - Rawpixel- CC

Pour la plupart des salariés, la saison des entretiens annuels d'évaluation débute. Et beaucoup profitent de ce tête-à-tête avec leur manager pour aborder la question de leur rémunération. Une stratégie rarement payante. Mieux vaut négocier une augmentation à un autre moment.

Pour les entreprises, les entretiens annuels sont un outil de gestion des compétences et d'amélioration de la communication. Ils servent aussi à pointer du doigt certains problèmes et à trouver des solutions. De leur côté, les salariés y voient l'occasion de faire le point sur l'année écoulée et de parler de leurs aspirations professionnelles. Comme c'est aussi l'une des rares fois de l'année où ils peuvent échanger seul à seul avec leur manager, beaucoup se disent qu'il n'y a pas meilleur moment pour demander une augmentation. Erreur.

"Je ne conseille surtout pas de parler d'argent lors de l'entretien annuel. Il faut demander un rendez-vous à part", tranche Xavier Petitpez, formateur conférencier au sein de Demos. L'idéal étant de demander cet entretien juste après avoir fait des réalisations marquantes pour l'entreprise, qui serviront à appuyer la demande. Car pour décrocher une augmentation, il faut démontrer en quoi son travail contribue au développement de l'entreprise.

Une autre voie: demander une formation

Et dans ce cas, il faut aussi veiller à prendre un rendez-vous au bon moment et à ne pas se contenter de vagues promesses. Imaginons que le manager soit d'accord sur le principe d'une augmentation. Si le rendez-vous est fixé en mai, il ne disposera probablement pas du budget pour accorder immédiatement cette augmentation. "Mais Il ne faut pas de contenter d'une promesse telle que "je penserais à toi, je vais faire un geste" car cela va créer un mal être. Il faut obtenir une fourchette, qui sera affinée en temps voulu", conseille Xavier Petitpez. Car naturellement, le manager ne sait pas quelle enveloppe d'augmentation lui sera attribuée en fin d'année. Hors de question de passer six mois sans ne plus jamais évoquer le sujet, il faut à plusieurs reprises demander une confirmation de l'augmentation promise.

Cependant, il arrive aussi que le manager ne souhaite ou ne puisse pas accorder d'augmentation. Il est essentiel d'ajuster sa stratégie. "Il ne faut pas partir sans rien, car l'on aura alors le sentiment que notre avenir n'est plus dans l'entreprise. Il faut penser à des avantages non monétaires, comme la possibilité de faire du télétravail, un aménagement des horaires", conseille le formateur.

Mais la solution la plus satisfaisante pour les deux parties est sans doute l'obtention d'une formation. "Cela va permettre de développer de nouvelles compétences, qui serviront à l'entreprise. Et le salarié travaille en même temps son employabilité", fait valoir Xavier Petitpez. Effectivement, quand celui-ci cherchera à rebondir ailleurs, il pourra alors monétiser ces nouvelles compétences dans son salaire d'embauche.

Coralie Cathelinais