BFM Business

Pour survivre dans l'open space, rien de mieux qu'un bon casque

Helmfon est le fruit de l'imagination d'un cabinet de design ukrainien. Il s'adresse aux salariés qui veulent s'isoler des bruits de l'open space pour retrouver leur concentration. Il est aussi équipé d'écouteurs qui permettent de téléphoner sans déranger ses voisins.

A force de supporter les bruits de l'open space, vous avez le sentiment d'avoir la tête comme une pastèque ? Avec le casque conçu par le cabinet de design Hochu Rayu, vous aurez - au sens propre- la tête de la cucurbitacée. En revanche vous aurez tout votre pouvoir de concentration pour travailler efficacement, sans être dérangé par vos voisins. Et qui plus est, sans les déranger non plus.

Baptisé Helmfon, un mot crée en contractant les mots anglais "helmet" (casque) et "phone" (téléphone), cet accessoire a été conçu pour répondre à la demande d'un client du cabinet ukrainien : celui-ci voulait aménager dans ses bureaux un espace pour que les collaborateurs puissent s'isoler pour tenir des confcall par Skype.

Une bulle pour s'isoler

Plutôt que d'aménager une salle dédiée à cet usage, ce qui représentait forcément une perte de mètres carrés, les designers ont mené plus loin leur réflexion en cherchant un moyen qui permette de travailler par Skype en restant à son bureau, sans déranger ses voisins. D'où l'idée de créer cette bulle d'isolement qui permet aussi bien de bloquer les bruits émis par son porteur que ceux provenant de l'environnement.

Malgré son allure massive de casque de scaphandre, cet accessoire est très léger grâce à l'utilisation d'une mousse synthétique et de fibre de verre. Il est aussi équipé de tous les éléments pour rester connecté (micro, haut-parleurs, batterie ...).

Le cabinet Hochu Rayu prévoit également, une fois qu'il sera produit en série, de le décliner en une série de couleurs ou de formes. Les désigners ont déjà pensé à un modèle Minion ou encore Batman. Pour les plus corporate, le casque pourra aussi être customisé avec le logo de l'entreprise.

C.C.