BFM Business

Lundi de Pentecôte: 7 salariés sur 10 restent à la maison

La grande majorité des Français ne travaille pas ce lundi.

La grande majorité des Français ne travaille pas ce lundi. - Mychèle Daniau - AFP

"Selon une étude de l'agence Randstad, environ 70% des Français ne travailleront pas ce lundi de Pentecôte dans le cadre de la journée de solidarité. Certains secteurs sont néanmoins plus impactés que d'autres."

Ce 16 mai marque un nouveau lundi de Pentecôte. Et qui dit lundi de Pentecôte dit pour la grande majorité des salariés français journée de solidarité (voir encadré). Beaucoup de Français ont ainsi le choix: poser un RTT (ou une journée de vacances) ou travailler gratuitement pour financer la lutte contre la dépendance.

Et selon une étude du cabinet d'intérim Randstad, pour beaucoup de Français le choix a été vite vu. 7 salariés sur 10 ont ainsi préféré la première option. Randstad, qui note que "l'économie française tournera au ralenti" a interrogé vingt de ses agences sur leurs anticipations d'activité pour ce lundi de Pentecôte pour arriver à cette estimation.

Des agences qui seront d'ailleurs fermées ce lundi. "La grande majorité des entreprises utilisatrices ont signifié aux agences Randstad que leurs propres salariés ne travailleront pas lundi prochain. Dans ce contexte, nul besoin de faire face à des pics d’activité ou d’assurer des remplacements", explique la société.

Des différences selon la taille et le secteur

Le groupe d'intérim souligne néanmoins qu'il existe d'importantes différences. Tout d'abord, en fonction de la taille de l'entreprise. Si les salariés des grands groupes, pour la plupart d'entre eux, ne devraient pas travailler, "la situation est plus contrastée pour les PME", explique-t-il. La faute à une trésorerie serrée ou tout simplement pour pouvoir "livrer une commande dans les temps".

Le secteur joue également beaucoup. Concrètement, l'industrie est extrêmement impactée par le lundi de Pentecôte, avec quelques exceptions, dans l'agroalimentaire notamment. C'est un peu moins vrai pour le bâtiment car certaines entreprises profitent de pouvoir "bénéficier" d'une journée supplémentaire de travail à la Pentecôte pour avancer leurs travaux et respecter de la sorte les délais de livraison des chantiers.

Ce sont dans les services où les salariés travailleront le plus ce lundi. Par exemple, la zone aéroportuaire de Roissy ne cesse pas son activité. À Strasbourg, l'agence locale de Randstad note ainsi que "les entreprises qui ne ferment pas ou ont choisi un autre jour [pour la journée de solidarité] sont dans l'hôtellerie, les magasins de vente au particulier (enseignes de prêt-à-porter par exemple), les magasins de bricolage ou la grande distribution".

Qu'est-ce que la journée de solidarité?

Après l'été 2003 où la canicule avait fait de nombreuses victimes chez les personnes âgées, le gouvernement avait décidé en 2004 de créer une journée de travail supplémentaire pour permettre de financer les actions de prévention et les prises en charge des personnes âgées et handicapées en perte d'autonomie.

Cette journée en plus ne donne lieu à aucune rémunération supplémentaire et n'a plus forcément lieu le Lundi de Pentecôte, les entreprises étant libre de la fixer à la date qu'elles veulent depuis 2008. Mais la plupart des entreprises choisissent ce jour comme journée de solidarité. En contrepartie du surcroît d'activité lié à cette journée, les entreprises versent à la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autorité) 0,3% de la masse salariale. Selon cette dernière instance, la journée de solidarité a rapporté 2,24 milliards d'euros en 2015 et 28 milliards en douze ans. Les recettes de cette année sont attendues à 2,29 milliards d'euros.

J.M.