BFM Business

Le Japon prêt à payer les entreprises qui mettent leurs salariés au repos 

Les salariés japonais souffrent souvent de surmenage, au point que cela est devenu un problème de santé publique.

Les salariés japonais souffrent souvent de surmenage, au point que cela est devenu un problème de santé publique. - Yoshikazu Tsuno- AFP

"Les travailleurs japonais accumulent les heures supplémentaires et prennent peu de vacances. Pour autant, le taux de productivité est faible et les cas de surmenage sont légion. Pour inverser la tendance, le gouvernement veut récompenser les entreprises qui mettent leurs salariés au repos."

Partir à 18 heures? Un salarié japonais n'y pense même pas. Dans l'Empire du soleil levant, pour ne pas être mal vu, il est de bon ton de partir tard le soir et d'accumuler les heures supplémentaires. Un quart des salariés travaille plus de 49 heures par semaine. Les Japonais ne profitent pas non plus des vacances auxquelles ils ont droit: ils prennent en moyenne 9 jours sur les 20 jours accordés par le droit du travail.

Une situation qui devrait réjouir le gouvernement et les entreprises, cette main d'œuvre opiniâtre devant booster les statistiques de productivité. Eh bien non, le Japon se classe au 20e rang parmi les pays de l'OCDE et au dernier parmi ceux du G7, avec un taux de productivité par heure de 40,1. Pour comparaison, la France affiche un taux de productivité par heure de 59,5.

Une entrée en vigueur prévue pour 2017

Le ministère du Travail japonais a donc décidé de mettre fin à ce présentéisme en imposant aux travailleurs des pauses récupératrices. Selon le journal économique Nikkei, une subvention va être mise en place pour les entreprises qui réussissent à imposer à leurs salariés des temps de repos. Le montant n'a pas encore été défini mais il sera proportionnel au nombre d'heures de repos. Le système devrait être introduit dès l'année prochaine.

Cette mesure viendrait compléter une autre initiative menée par le gouvernement, toujours pour imposer aux salariés de lever le pied: une loi va bientôt les forcer à prendre un nombre de jours minimum de vacances. Grace à ces breaks imposés, les salariés devraient passer plus de temps en famille et décompresser. Ce qui devrait réduire le nombre de personnes atteintes de surmenage mais aussi rendre les salariés plus efficaces dans leur travail.

C.C.