BFM Business

L'entreprise a tout à gagner à jouer l'Euro 2016 au bureau

"Les compétitions sportives de l'été -l'Euro de football, Roland Garros, les JO au Brésil- risquent d'intéresser davantage vos salariés que leurs missions cet été. Mais en organisant des opérations autour de ces événements, les entreprises peuvent reprendre la main. "

L’Euro de football, Roland Garros, les Jeux Olympiques au Brésil… Vos salariés fans de sport risquent de filer tôt du bureau cet été. À moins que… les entreprises organisent la compétition elles-mêmes dans les locaux. Qu’elles gèrent les paris dans l’open space, qu’elles installent des écrans géants. C’est ce que font Go Sport, Sopra Steria, SIXT, et plein de start-up.

Elles pourraient se dire que tout cela risque de nuire à la productivité des équipes. Sauf qu'elles savent que la baisse de régime sera inévitable. Alors plutôt que de voir le verre à moitié vide, ces entreprises en profitent pour fédérer les collaborateurs.

Une ambiance de bonne guerre

Chez le loueur de voitures Sixt par exemple, on réunit virtuellement les employés au siège à Paris et ceux dispersés dans 200 agences partout en France. La société a noué un partenariat avec l'application Corporico pour lancer un concours de pronostics géant auquel tous participent. Même ceux qui n’y connaissent rien peuvent jouer en équipe, avec des fins connaisseurs du ballon rond.

Les parieurs commencent déjà à fanfaronner. Au siège de Sixt, entreprise d'origine allemande, un quart des effectifs est originaire d'outre-Rhin. Ceux-là parient sur une finale France-Allemagne. Leurs collègues fans des Bleus répondent que la France en finale, c’est sûr, l’Allemagne certainement pas.

Cette ambiance "de bonne guerre" aurait existé sans que l’entreprise mette son grain de sel. Mais l'employeur n’aurait pas pu en retirer des bénéfices propres. Par exemple, celui de faire revenir tout le monde au bureau.

Intégrer des nouveaux venus des 4 coins du globe

C’est le cas chez Lemonway, une petite fintech qui se présente comme le Paypal européen. Les salariés font beaucoup de télétravail. Là, ils vont tous revenir voir les matchs ensemble sur les écrans géants installés dans les salles communes! Et puis dans cette entreprise où de nouveaux collaborateurs arrivent chaque semaine, de partout dans le monde, c'est un bon moyen d'intégrer les nouveaux.

Dernier avantage: l'effet sur l'image de l'entreprise, ce qu'on appelle sa "marque employeur". Une bonne réputation essentielle à l'heure où, selon le dernier sondage RégionJob, les candidats d'aujourd’hui accordent davantage d'importance à la culture d’entreprise qu'au salaire.

En outre, les collaborateurs parlent de leurs pronostics à leurs petits copains. Donc l'entreprise n'a même pas besoin de communiquer: les "parieurs" font tout le travail!

Nina Godart