BFM Business

Comment réveiller un auditoire qui s'endort

Plusieurs techniques permettent de retenir l'attention de son public.

Plusieurs techniques permettent de retenir l'attention de son public. - Crystal710- CC

Lors d'une réunion ou d'une présentation, rien de plus désespérant que de voir l'assistance bailler aux corneilles ou avoir le nez sur son smartphone, alors qu'on a pris tant de soin pour peaufiner son texte. Faut-il élever la voix pour susciter leur intérêt? Les implorer pour qu'ils vous écoutent? Rien de tout cela.

C'est avec une certaine excitation que vous avez préparé votre intervention. Lors d'une réunion, vous avez enfin l'opportunité de présenter à vos collaborateurs et responsables de service, ce projet sur lequel vous travaillez depuis des mois. Mais votre enthousiasme retombe rapidement. Au bout de quelques minutes, une bonne partie de la salle est plongée dans un état de rêvasserie, pianote sur son smartphone, ou bien échange des confidences créant un désagréable bruit de fond. Au final, plus personne ne vous écoute.

Faut-il taper du poing sur la table pour capter l'attention de cette assemblée? Prendre une grosse voix pour sermonner les bavards? Cette politique de la terreur ne mènera à rien, si ce n'est à vous faire passer pour une personne susceptible ou manquant d'assurance. De même, il n'est pas utile de tenter de les apitoyer en lançant "Rassurez-vous j'ai bientôt fini" et en accélérant votre débit de parole. "C'est fini, l'auditoire ne comprend plus rien à votre discours. Surtout, cela minimise l'importance de ce que vous avez à dire", met en garde Geneviève Smal, co-auteur avec Chilina Hills de "97 exercices décalés pour prendre la parole" (Éditions Eyrolles). Si on vous a donné la parole, c'est que vous avez des choses importantes à dire. Il faut donc que le message passe!

Casser la routine

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il faut vous assurer avant de commencer que tout le monde vous voit et vous entend correctement. Si un collègue doit se tordre le cou pour apercevoir votre profil, il ne fera l'effort que pendant quelques minutes avant de privilégier son confort.

Il ne faut pas hésiter à provoquer le changement avant de commencer son speech. Si les interlocuteurs précédents se mettaient à gauche de l'écran, mettez-vous à droite. Ou bien restez debout, déplacez-vous. "Les gens ont une attention très faible, surtout s'il y a à boire après. Ils n'attendent que ça, ou alors ils ont envie d'aller papoter avec des gens qu'ils n'ont pas vus depuis longtemps. Il faut donc créer des ruptures pour qu'ils continuent de vous écouter", conseille Geneviève Smal. Concrètement, il ne faut pas construire son discours de manière linéaire, en accumulant les données et les chiffres. Il faut créer des cassures en racontant des anecdotes, en posant des questions à son auditoire ou en les faisant participer à des petits jeux si le thème s'y prête. L'objectif est de créer une interaction et d'éviter qu'ils ne décrochent.

Halte aux logos et aux listes à puce

"L'objectif d'une présentation est que les gens sortent avec un maximum d'informations mémorisées. Il faut donc offrir des slides simples et clairs. Je me bats contre les templates sur lesquels s'enchaînent les logos de la boîte. Cela capte l'attention pour rien", s'alarme Geneviève Smal. Son conseil: éviter les listes à puce pour ne mettre qu'une seule information par slide, écrite en grand pour que cela frappe les esprits. "Il ne faut pas lire ce qui est affiché. Si la même information est diffusée par deux canaux différents, cela ne fonctionne pas. Il vaut mieux dire à son auditoire qu'on le laisse lire ce qui est écrit".

Si malgré vos efforts, vous constatez que vos collègues ont le nez rivé sur leur smartphone, tentez de retrouver leur attention grâce à une boutade, si le contexte s'y prête. "Ah je vois que tu m'envoies un SMS, mais comme tu peux t'en douter, je ne vais pas y répondre tout de suite". Ou encore "Vu que tu as ton smartphone en main, tu peux me prendre en photo. C'est mon meilleur profil que tu vois".

Enfin, si vous avez appliqué ces conseils, vous avez su retenir l'attention de votre auditoire jusqu'à la fin. Mais il faut que votre message reste dans les esprits une fois la réunion passée. Geneviève Smal conseille de conclure en énonçant un plan d'action avec une phrase telle que "j'aimerais maintenant que vous alliez faire ceci" ou encore "n'oubliez pas d'aller voir cela" qui permet de maintenir l'attention au-delà du cadre de la réunion. Vous n'en espériez pas tant!

Coralie Cathelinais