BFM Business

Comment faire la différence lors d'un entretien d'embauche

À en croire les recruteurs qui enchaînent les entretiens d'embauche, les candidats qu'ils reçoivent se ressemblent tous.

À en croire les recruteurs qui enchaînent les entretiens d'embauche, les candidats qu'ils reçoivent se ressemblent tous. - Martin Bureau- AFP

Parmi les CV reçus par dizaines, le vôtre a retenu l'attention du recruteur. Maintenant, il faut transformer l'essai en vous montrant convaincant. Mais comment sortir des discours formatés que les recruteurs entendent à longueur de journée?

À en croire les recruteurs qui enchaînent les entretiens d'embauche, les candidats qu'ils reçoivent ont à peu près tous le même discours. Pour se vendre, ils se disent dynamiques, motivés, prêts à relever tous les défis et convaincus que leurs compétences seront utiles au développement de l'entreprise. Ils ont aussi une liste d'arguments tout prêts pour répondre aux soi-disant questions pièges que l'on ne va pas manquer de leur poser.

Mais au final, le recruteur n'arrive pas à entrevoir la personnalité du candidat, ni à déceler un atout qui pourrait déclencher le coup de cœur. Si cela peut passer pour un jeune qui sort tout juste de l'école, pour un cadre qui a plusieurs années d'expérience derrière lui, cela semble plus dommageable.

"Le secret, c'est parler de soi et de ses convictions", affirme Evelyne Platnic, la fondatrice de Booster Academy, qui est rompue dans l'exercice de recrutement de commerciaux. 

Détailler le fil conducteur de sa carrière

Il faut donc saisir la balle au bond si le recruteur vous demande de parler de vous pour lui détailler votre parcours de vie et le fil conducteur de votre carrière. Quelles sont les missions qui vous ont permis de vous accomplir, d'apprendre et de progresser. Il faut également orienter votre discours vers l'avenir en expliquant ce qui vous intéresse le plus, vos objectifs et ce que vous avez à proposer. Enfin, il ne faut pas hésiter à parler de vos rêves professionnels.

Une petite phrase peut alors retenir l'attention du recruteur et donner lieu à des échanges enrichissants. "J'ai reçu un commercial qui rêvait de faire sa carrière dans une grande boîte. Cela a retenu mon attention, et à partir de cela s'est mis en place un débat qui s'est avéré très enrichissant et qui m'a convaincue de la qualité de ce candidat", cite en exemple Evelyne Platnic. 

Dire ce que l'on ne veut plus faire

Il ne faut donc pas hésiter à montrer ses aspérités. Cela peut notamment consister à dire ce que l'on ne veut pas faire. Naturellement, il faut détailler pourquoi on a pris cette décision… sans se montrer aigri vis-à-vis de son ancienne entreprise ou de ses anciens managers. 

Par ailleurs, il faut aussi parler des valeurs de l'entreprise et détailler en quoi elles sont en adéquation avec les vôtres. Mais votre discours ne doit pas uniquement être centré sur le professionnel. Par exemple, si cette entreprise sponsorise des événements sportifs ou si elle a une association de running, c'est le moment de glisser que la course est votre passion et que vous êtes marathonien.

Dans tous les cas, afficher une mine résignée et répéter au recruteur que vous êtes prêt à tout accepter ne vous donnera en aucun cas des points. De même, si l'on vous conseille de créer des échanges avec votre interlocuteur, attention également à ne pas déraper vers le copinage, ni à trop raconter votre vie personnelle. Certes vous aurez marqué l'esprit du recruteur, mais pas de la bonne manière.

Coralie Cathelinais