BFM Business

Roux de Bézieux: "Il y a un problème de confiance avec ce gouvernement"

Geoffroy Roux de Bezieux était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business ce 10 juin.

Geoffroy Roux de Bezieux était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business ce 10 juin. - -

Le vice-président délégué du Medef et président de Virgin Mobile, Geoffroy Roux de Bézieux, a réitéré ce 10 juin sur BFM Business ses critiques sur le pacte de responsabilité, et a détaillé la vente de son opérateur.

L'invité de BFM Business ce mardi 10 juin a joué avec ses deux casquettes. Geoffroy Roux de Bézieux est à la fois vice-président délégué du Medef et président de Virgin Mobile. Il a d'une part évoqué les raisons de sa colère contre le pacte de responsabilité, et d'autre part, détaillé les conditions de la vente de son MVNO.

>> Sur la polémique du pacte de responsabilité

Dans une tribune parue dans Le Figaro le 4 juin, Geoffroy Roux de Bézieux avait dénoncé "un harcèlement fiscal jamais-vu" sur les entreprises et menaçait d'une sortie du Medef du Pacte de responsabilité. Ces propos ont provoqué la colère du gouvernement et de la CFDT, qui ont rappelé l'organisation à ses responsabilités.

Le vice-président du Medef renchérit pourtant aujourd'hui. "On nous parle de 30 milliards d'euros grosso modo. Or c'est exactement le montant des surcoûts de prélèvements obligatoires que l'on subit. On nous dit que la fiscalité va baisser? Or elle va continuer d'augmenter en 2015".

"Je dis au gouvernement: si vous continuez à déliter le pacte, vous risquez de ne plus avoir les chefs d'entreprises avec vous. Il y a un problème de confiance avec ce gouvernement". Il rappelle la surtaxe de l'impôt sur les sociétés, qui ne devait durer qu'un an, et restera finalement un an de plus.

>> Sur la vente de Virgin Mobile

L'opérateur mobile fondé par Geoffroy Roux de Bezieux il y a dix a de grandes chances d'être racheté par Numericable, avec qui il est entré en négociation exclusive.

Quid de la concurrence? "C'est le retour de balancier: quand il y a trop de concurrence, et que les marges se contractent trop, il y a concentration. Mais trop de concentration aboutit à de la concurrence. Ce n'est pas seulement l'effet Free. Cela se passe partout en Europe. D'autant que les consommateurs n'achètent plus comme avant. Les réseaux de boutiques n'ont plus la même pertinence aujourd'hui".

Aujourd'hui, pour Geoffroy Roux de Bézieux, le monde des télécoms est en pleine "course à la technologie", pour pouvoir regagner de la valeur. Mais aussi en pleine "course contre les GAFA", les géants du web (Google, Apple, Facebook, Amazon).

"Les opérateurs télécoms fournissent en effet un accès internet pour pas très cher, il est utilisé de manière gratuite par beaucoup d'acteurs du web pour monétiser. Donc il y a débat sur le partage de la valeur. Ce sont des débats de géants […] j'ai considéré que c'était le moment de passer la main à un acteur plus puissant".

N.G.