BFM Business

Roi du CAC 40, Sanofi-Aventis supprime 575 postes

Sanofi-Aventis, des profits records en 2009 mais un plan de suppression de 575 postes l'an prochain.

Sanofi-Aventis, des profits records en 2009 mais un plan de suppression de 575 postes l'an prochain. - -

C'est l’entreprise qui a engrangé le plus de bénéfices au CAC 40 l’an dernier. Sanofi-Aventis a pourtant annoncé ce lundi la suppression de 575 postes l’an prochain. Une manifestation est prévue jeudi à Paris devant l'entreprise pharmaceutique.

Avec 8,5 milliards d’euros, c’est l’entreprise qui a réalisé les plus gros profits du CAC 40 l’an dernier. Pourtant, Sanofi-Aventis a annoncé hier lundi la suppression de 575 postes l’an prochain, dans la visite médicale. L’intersyndicale manifestera jeudi devant le siège de l’entreprise pharmaceutique à Paris.

C’est déjà le troisième plan de restructuration en quatre ans. En octobre 2008, les visiteurs médicaux étaient 2500. Au printemps prochain, ils ne seront plus que 1300. Pour le coordinateur CGT du groupe, Thierry Bodin, « c’est particulièrement scandaleux (…). Entre 2004 et 2010, le dividende versé aux actionnaires a doublé. On ne comprend pas, les pouvoirs publics restent silencieux et ne font strictement rien face à cette direction qui sacrifie l’emploi alors qu’elle avait dit le contraire il y a seulement huit mois ».

Départs anticipés à la retraite

Ces suppressions d’emploi prendront la forme de mesures d’âge et les salariés seront accompagnés dans leur reconversion professionnelle grâce à un programme de l’entreprise. « Ce sont des gens qui vont s’en aller sous forme de cessation anticipée d’activité », détaille le coordinateur FO Philippe Guérin-Petremen. « Ce sont des gens qui auront 55 ans, qui seront payés à leur salaire actuel jusqu’à l’âge de leur retraite. Mais 55 ans, c’est l’âge où on parle justement de replacer les seniors dans les entreprises ».

A cause « des changements assez profonds du métier »

Pour le directeur général de Sanofi-Aventis, Nicolas Cartier, « ce sont les changements assez profonds du métier » qui sont à l’origine de cette décision. L’entreprise se rabat sur des secteurs plus ciblés, généralement pris en charge par les spécialistes et non par les généralistes. C’est pour aller les voir que l’entreprise avait auparavant besoin de beaucoup de visiteurs médicaux.

L’entreprise rappelle également la concurrence des médicaments génériques et que les profits records de 2009 sont dus en grande partie aux ventes de vaccins antigrippaux, notamment celui contre la Grippe A.

La Rédaction, avec Claire Andrieux