BFM Business

Retraites: les stages seront pris en compte

Le PS et l'UDI ont voté cet amendement.

Le PS et l'UDI ont voté cet amendement. - -

Un amendement voté en séance par les députés, ce vendredi 11 octobre, prévoit qu'une période de stage supérieure à deux mois permette de valider deux trimestres de cotisations. Les détails seront précisés par décret.

Les stages vont être pris en compte dans le calcul des retraites. Les séjours en entreprise de plus de deux mois pourront être retenus à hauteur de deux trimestres dans la durée de cotisation, selon un amendement voté ce vendredi 11 octobre par l'Assemblée lors de l'examen de la réforme des retraites.

Le barème sera précisé par décret, mais d'ores et déjà le gouvernement a indiqué que pour leur validation, le stagiaire devrait payer 300 euros qu'il pourrait mensualiser sur un ou deux ans.

"C'est une contribution limitée et mesurée" si on la compare aux cotisations versées par ceux qui travaillent, a jugé la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine.

"Un message de confiance"

Pour les stages de plus de deux mois, la loi impose depuis 2009 aux employeurs de verser une indemnité d'au moins 436 euros mensuels. Mais cette "gratification" minimale est actuellement exonérée de cotisations sociales et n'ouvre donc aucun droit à la retraite.

Cet amendement socialiste a été aussi soutenu en séance par l'UDI qui en avait fait une de ses revendications. "Il était essentiel d'adresser aux jeunes, dont on sait qu'ils entrent de plus en plus tard sur le marché du travail, un message de confiance et à travers des avancées concrètes", s'est félicité Jean-Louis Borloo.

En complément d'un mécanisme pour les jeunes actifs

Ce mécanisme est articulé avec le nouveau dispositif de rachat de quatre trimestres d'années d'études avec une aide de l'Etat. Les jeunes entrants dans la vie active auront en effet désormais la possibilité d'acheter 12 trimestres correspondant à leurs années d'étude, dont 4 à un tarif préférentiel: une aide de 1.000 euros par trimestre racheté sera versée.

Selon un amendement voté ce vendredi, les jeunes pourront recourir à cette aide jusqu'à dix ans après la fin de leurs études, contre cinq ans dans le projet initial du gouvernement. Les deux trimestres validés lors des stages seront alors déduits de ces quatre trimestres.

J.M. avec AFP