BFM Business

Retraites: Hollande a "capitulé" selon les amis de Mélenchon

François Hollande à l'issue du Conseil euroépen de Bruxelles

François Hollande à l'issue du Conseil euroépen de Bruxelles - -

Le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon a accusé, samedi 29 juin, François Hollande d'avoir consenti "une nouvelle capitulation" sur les retraites, lors du Conseil européen qui s'est tenu jeudi et vendredi à Bruxelles.

Avant le sommet de Bruxelles, ces 27 et 28 juin, "François Hollande avait fait preuve d'une grande autorité : on allait voir ce qu'on allait voir, la Commission européenne n'allait pas dicter à la France sa réforme des retraites", a lancé Martine Billard, la coprésidente du Parti de gauche (PG) de Jean-Luc Mélenchon.

Or, qu'a-t-on vu, interroge-t-elle ? Un nouvelle capitulation après celle sur le Traité budgétaire européen. Ou, soyons juste, cette fois-ci un mot, un seul a été changé pour qu'il ne rentre pas totalement bredouille : le report de "l'âge légal" de départ en retraite exigé par la Commission a été remplacé par le report de "l'âge effectif". Pour le reste, obligation du réexamen des régimes spéciaux et pas de hausse des cotisations patronales, pas le moindre petit changement", écrit Martine Billard dans un communiqué. 

Hollande bombe le torse

"Pendant que la Grande-Bretagne se félicite d'avoir fait céder de nouveau les autres pays de l'Union européenne sur le maintien de son rabais au budget européen, François Hollande rentre en France une nouvelle fois ridiculisé par ses grandes envolées martiales sans lendemain", poursuit-elle.

"Il ne suffit pas de bomber le torse pour s'opposer aux diktats de l'Europe libérale, il faut être convaincu de ce pour quoi on se bat. Visiblement ce n'était pas le cas de François Hollande", conclut la coprésidente du Parti de gauche.

"La France a obtenu les modifications qu'elle souhaite", avait affirmé, à l'inverse François Hollande, vendredi matin, faisant ainsi référence aux recommandations de la Commission européenne, qui préconisaient initialement de repousser l'âge légal de départ en France.

La France a obtenu que le terme "âge légal" soit remplacé par "âge effectif". Ce qui laisse la possibilité de réformer plutôt la durée de cotisation, une piste que le gouvernement considère comme plus juste socialement.

LIRE AUSSI >> Sommet européen: ce que la France a obtenu

P.C et AFP