BFM Business

Renault : la CFE-CGC signe le projet d'accord

BFM Business

Dernière ligne droite dans les négociations chez Renault? La CFE-CGC de Renault, premier syndicat du constructeur automobile, a indiqué ce vendredi 22 février qu'elle donnait son feu vert pour signer le projet d'accord de compétitivité qui prévoit des sacrifices pour les salariés en échange du maintien des activités en France.

Pour être validé, l'accord doit être signé par au moins deux syndicats représentant 30% des salariés. La CFE-CGC dispose de 29,7% des voix des salariés devant la CGT (25,2%), la CFDT (19,1%) et FO (15,6%).

Le projet d'accord, dont la version finale n'a pas encore été remise aux organisations syndicales, comprend "les points majeurs" que la CFE-GCG a défendus pour les salariés en France: "maintenir tous les sites industriels, garantir les volumes, préserver les coeurs de métiers ingénierie et tertiaires pour garantir l'autonomie de développement de la marque Renault, abandonner le cadrage arbitraire des augmentations salariales sur 3 ans, renforcer le dialogue social et la qualité de vie au travail", dit le syndicat.

La CFDT, qui a jugé mardi le projet d'accord "globalement équilibré", a indiqué vendredi à l'AFP qu'elle consultait actuellement ses équipes et devrait se prononcer la semaine du 5 mars.

FO fait de même avec une réponse attendue autour du 10 mars et la CGT demande aussi l'avis des salariés.

BFM Business.com et AFP