BFM Business

Quand le Medef forme des jeunes de banlieue à l'entreprenariat

Afane fait partie de ces jeunes qui veulent profiter des conseils de l'organisation des patrons pour se lancer à leur compte.

Afane fait partie de ces jeunes qui veulent profiter des conseils de l'organisation des patrons pour se lancer à leur compte. - BFM Business

Créer son entreprise, l'idée séduit de plus en plus les jeunes. Le Medef a lancé une formation destinée à ceux qui vivent en banlieue pour leur donner les codes et les clés pour se lancer.

Le Medef prend des initiatives pour soutenir des entrepreneurs issus des banlieues. En partenariat avec une association de Cergy Pontoise, le Medef a sélectionné quinze jeunes, qui ont chacun un projet de création d'entreprise. Pendant cinq semaines, ils ont reçu une formation, avec des coachs, des professionnels du financement et des chefs d'entreprise. Objectif: leur donner quelques clés, et les aider à se lancer.

Afane fait partie de ces jeunes qui veulent profiter des conseils de l'organisation des patrons pour se lancer à leur compte. A 7 heures, dans l'appartement familial, il est le premier levé. Agé de 21 ans, il a en poche un bac techno comptabilité, et plusieurs petits boulots de serveur et livreur. Il veut lancer un service de livraison du dernier kilomètre. Il rêve de créer son entreprise depuis très longtemps.

Son but: "Bien finir ses études pour à la fin finir en haut, avoir sa propre société, c'est comme être propriétaire de son logement, c'était limite une évidence. J'ai toujours eu cette envie, j'ai été curieux, j'aime bien le challenge.

Pour sa dernière journée de formation, Afane a été accueilli dans les locaux du Medef. Avec quinze autres apprentis entrepreneurs, il a appris à bâtir et à formuler son idée. L'objectif est de pouvoir la présenter à des investisseurs. Benamar, un autre de ces jeunes, a retenu quelques conseils. 

"C'est une personne, entre guillemets, qui vient du même milieu que nous, qui nous apprenait les codes. Par exemple, il nous disait 'au lieu de dire "j'suis" tu dis "je-suis"'. Ce sont des mots qu'on utilise tous les jours, sans y faire attention, mais qui peuvent être mal interprétés, confirmer quelques préjugés".

Dernière étape, au salon des entrepreneurs: exposer son projet devant les membres du comité exécutif du Medef. Un comité, à huis clos. A la sortie, le patron des patrons, Pierre Gattaz est enthousiaste.

"J'ai vu des jeunes qui se prennent en main, qui ont la niaque. C'est quand même très agréable de se lever le matin, et de se dire 'j'ai envie de faire quelque chose de ma vie et j'ai envie d'être exemplaire dans mon quartier'".

Le Medef a promis un bilan d'ici juillet. Une deuxième promotion pourrait prendre la suite des quinze jeunes de Cergy. 

Dorothée Balsan avec BFMBusiness.com