BFM Business

Projet de loi Hamon: "c'est un déni de réalité", selon Lanxade

Thibault Lanxade était l'invité de BFM Business ce mardi 24 septembre

Thibault Lanxade était l'invité de BFM Business ce mardi 24 septembre - -

Thibault Lanxade, président du pôle entrepreneuriat et PME au Medef et invité de BFM Business ce mardi 24 septembre, est revenu sur le bras de fer entre patrons et Benoit Hamon. Pour lui, son projet est pertinent mais la méthode est mauvaise.

"C'est un déni de réalité opérationnel". Thibault Lanxade, président du pôle entrepreneuriat et PME au Medef et invité de BFM Business ce mardi 24 septembre, ne décolère pas.

Vendredi 20 septembre, toutes les organisations patronales ont décidé de faire cause commune contre la disposition du projet de loi Hamon sur la cession d'entreprises. Son projet de loi prévoit d'obliger un chef d'entreprise de moins de 50 salariés qui veut céder son entreprise à en informer préalablement ses salariés pour leur permettre de se porter candidat à la reprise. Bercy a immédiatement réagit le 21 septembre: "ce n'est pas le Medef qui fait la loi en France".

Pour Thibault Lanxade, "aider les salariés, c'est un beau projet. C'est une bonne chose. Ce qu'on déplore, c'est la méthode utilisée. Ce n'est pas comme cela que se passe la réalité". Pour le président du pôle PME au Medef, "tuer la confidentialité d'un projet, c'est mettre à mal la cession de l'entreprise. C'est un acte de méfiance et de défiance à l'égard du chef d'entreprise".

Et pourtant, le Medef a essayé d'expliquer cela au gouvernement. "Nous avons été voir le ministre, nous avons été auditionnés, nous avons expliqué que le fond était pertinent mais que ce n'était pas la bonne méthode. Nous n'avons eu aucun échange constructif. Le plus grave est que nous n'avons pas d'argument de la part du gouvernement".

Mise en place du plus gros incubateur de start-up au monde

En revanche, Thibault Lanxade salue l'initiative de la mairie de Paris et de Xavier Niel de lancer le plus gros incubateur de start-up au monde. "L'idée est fantastique".

Mais cela ne doit pas s'arrêter là. "C'est bien de mettre de l'espace à disposition, des murs … Mais il faut avoir le terreau pour que les entrepreneurs aient envie d'entreprendre". Par ailleurs, il espère voir d'autres projets similaires partout en France. "Il ne faut pas que ces start-up ne viennent qu'à Paris. Il faut des initiatives en province".

Les délais de paiement s'allongent

Et enfin, Thibault Lanxade est revenu sur les chiffres inquiétants des délais de paiement. La Banque de France estime que 13 milliards d'euros supplémentaires pourraient rentrer dans la trésorerie des PME si les délais étaient respectés.

Selon lui, cela s'explique en partie par les mauvais carnets de commandes. "Ils ne sont pas repartis après l'été". Et il voudrait "réfléchir à des outils qui permettent de mieux payer dans les entreprises, mettre en places des outils plus modernes. Il faut des automatismes".

BFM Business.com