BFM Business

Pourquoi l’exécutif refuse de commenter les chiffres du chômage

Muriel Penicaud, la ministre du Travail.

Muriel Penicaud, la ministre du Travail. - Stephane de Sakutin - AFP

La ministre du Travail Muriel Penicaud a justifié ce mercredi son choix de ne pas s’exprimer sur les mauvais chiffres du mois de mai.

Rompant avec une certaine tradition, Muriel Penicaud n’a pas commenté publiquement les chiffres du chômage pour le mois de mai, parus lundi.

La ministre du Travail s’en est expliquée ce mercredi, au micro de RTL, réaffirmant son intention de s’exprimer tous les trimestres, et non plus tous les mois.

"Mon devoir en tant que ministre, c’est d’apporter au débat public des chiffres pertinents qui font réfléchir tout le monde", a-t-elle ainsi déclaré. "Tous les experts s’accordent à dire que pour des raisons techniques - si vous n’avez pas pu vous déclarer, par exemple - +20.000 ou -20.000 chaque mois ça ne veut rien dire".

"Rendez-vous fin août"

Pour rappel, le mois de mai a été marqué par une hausse du nombre de demandeurs d'emploi. Celui-ci a progressé de 0,6%, soit 22.600 chômeurs de plus.

Interrogée sur une possible incompréhension de l’opinion publique sur ce silence gouvernemental, la ministre a assuré que "les Français (voulaient) des chiffres solides, sur lesquels discuter. D’autres chiffres existent, il faut se comparer internationalement".

"Rendez-vous fin août", a-t-elle enfin indiqué. C’est en effet à cette époque qu’un bilan des trois premiers mois de l’ère Macron sera disponible.

Y.D.