BFM Business

Le chômage continue son yoyo avec une nouvelle hausse en mai

-

- - Charly Triballeau - AFP

Les mauvais chiffres du chômage du mois de mai sont venus gommer les bons résultats du mois d'avril. Ce sont les femmes et les plus de 50 ans qui sont les plus touchés.

Stable en janvier et en février, en hausse en mars mais en baisse en avril, le chômage vient d'enregistrer une nouvelle hausse au mois de mai. Le nombre de demandeurs d'emplois de catégorie A (sans aucune activité) inscrits à Pôle Emploi a progressé de 22.600 (+0,6%) sur la période à 3,494 millions. Une hausse significative qui vient en partie effacer le bon résultat du mois d'avril qui avait vu le nombre de demandeurs baisser de 36.300 personnes. 

Et sur les trois derniers mois, le bilan est encore plus défavorable. Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A a augmenté de 0,9% (+29.700) depuis le début du mois de mars. Le bilan est seulement favorable si on le compare sur un an avec une baisse de 0,8% sur les catégories A. 

En revanche, si l'on prend en compte toutes les catégories (dont ceux qui ont exercé une activité réduite), on observe une hausse quel que soit le référentiel: elle est de 0,3% sur un mois, de 0,3% sur trois mois et de 2% sur un an. 

Une hausse malgré les bonnes nouvelles

Ce sont les femmes et les 50 ans et plus qui subissent le plus cette hausse du chômage. C'est particulièrement flagrant depuis un an. Ainsi entre mai 2016 et mai 2017, le nombre de femmes inscrites à Pôle Emploi toutes catégories confondues a cru de 3,7% (contre seulement 0,9% pour les hommes). Pour les 50 ans et plus, cette hausse est encore plus spectaculaire avec une hausse de 6,3%. 

La seule tranche d'âge qui a vu son nombre reculer depuis un an dans les catégories A, B et C est celle des moins de 25 ans. Entre mai 2016 et mai 2017, leur nombre est passé de 769.000 à 745.000, soit une baisse de 3,1%.

Malgré les bonnes nouvelles et l'embellie de l'économie française, le pays peine toujours à recréer massivement de l'emploi. Et les mauvais chiffres de l'emploi succèdent aux bons, et ce depuis plusieurs mois maintenant. Par ailleurs, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a choisi de ne plus commenter ces chiffres tous les mois mais seulement tous les trois mois.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco