BFM Business

Pour Pierre Gattaz, la loi Travail "ne servira à rien"

Pierre Gattaz a dénoncé des "méthodes irresponsables".

Pierre Gattaz a dénoncé des "méthodes irresponsables". - Adel Senna - AFP

"Dénonçant les blocages et les méthodes "irresponsables" des syndicats, le patron du Medef a appelé le gouvernement à revoir sa copie. Car selon lui, le texte actuel "ne servira à rien". "

Alors que la pression se fait de plus en plus pressante du côté des syndicats, le patronat tente de faire pencher la balance en sa faveur. Pierre Gattaz est ainsi sorti de son silence ce mercredi 25 mai, dénonçant les méthodes "irresponsables" des syndicats qui bloquent les raffineries contre la loi travail. 

"Ce sont des méthodes irresponsables qui vont déboucher sur la fragilisation du pays et sur du chômage à terme", a alerté le patron du Medef dans une brève déclaration à l'AFP. Il a également appelé le gouvernement à "redresser" la loi travail qui, selon lui, "ne servira à rien" si elle est maintenue dans son état actuel.

"Il faut qu'elle retrouve son ambition d'origine qui est de créer de l'emploi", a-t-il assuré, regrettant les changements qu'elle a subie depuis sa présentation.

"Des actes pas admissibles"

Auparavant, un communiqué des différentes organisations patronales avait dénoncé la "surenchère actuelle (qui) dépasse le cadre acceptable d'un mouvement de contestation". "La violence des propos et des actes ne sont pas admissibles. Si la grève est un droit, il y a également un droit de la grève qui ne peut avoir pour seule finalité de semer le désordre", ajoutent les signataires. Ces derniers sont le Medef (première organisation patronale), la CGPME (petites et moyennes entreprises), mais aussi la FNSEA (agriculteurs), l'Udes (économie sociale et solidaire), l'Unapl (professions libérales) et l'UPA (artisans).

La bras de fer entre le gouvernement et la CGT s'est durci cette semaine avec des blocages de raffinerie destinés a provoquer une pénurie de carburant, mais aussi des actions dans les centrales nucléaires et à la SNCF.

Y.D. avec AFP