BFM Business

Ouverture le dimanche: "les discussions vont dans le bon sens" (CFTC)

Philippe Louis était l'invité de BFM Business ce mercredi 22 janvier

Philippe Louis était l'invité de BFM Business ce mercredi 22 janvier - -

Philippe Louis, numéro un de la CFTC, était l'invité de BFM Business ce mercredi 22 janvier. Il a estimé que les discussions sur le projet d'accord sur les contreparties au travail dominical se passaient bien.

Le dossier du travail du dimanche, complexe, pourrait trouver une solution. Le numéro un de la CFTC, Philippe Louis, a estimé ce mercredi 22 janvier sur BFM Business que le projet d'accord sur les contreparties au travail dominical dans le secteur du bricolage "allait dans le bon sens", ouvrant ainsi la porte à sa signature, déterminante pour entériner un compromis.

Au terme de trois journées de négociations, un projet d'accord a été proposé lundi aux syndicats, qui ont jusqu'à jeudi midi pour se prononcer.

"Il y a encore des assurances à prendre, on ne veut surtout pas que ça puisse faire tâche d'huile", a-t-il dit à propos du travail dominical. "On espère qu'on sera raisonnable et qu'on pourra être sûr de ce qu'on signe (...) Mais ça va dans le bon sens", a-t-il poursuivi.

Interrogé sur la signature de son syndicat, il a répondu: "Ce n'est pas à moi que reviendra la décision, mais à la fédération concernée."

Dérogation jusqu'au 1er juillet 2015

Depuis le 1er janvier, les magasins de bricolage sont autorisés par décret à déroger au repos dominical jusqu'au 1er juillet 2015, dans l'attente d'une nouvelle loi encadrant le travail dominical.

Pour obtenir le décret, le patronat avait promis d'ouvrir le dimanche uniquement les magasins où l'ouverture avait déjà été constatée, soit un total de 178 établissements des enseignes Brico Dépôt, Bricomarché, Bricorama-Batkor, Castorama, Leroy-Merlin, Les Briconautes, Mr Bricolage et Weldom.

Pour qu'un accord soit validé, il doit être signé par des syndicats réalisant 30% des voix et que des syndicats réalisant 50% ne s'y opposent pas.

La CGT (26,94%) et FO (19,96%) ont déjà prévenu qu'ils ne signeraient pas.

En revanche, la CFDT (24,26%) et la CFE-CGC (4%) se sont dites "favorables". La position de la CFTC (24,84%) est donc déterminante.

La fédération des magasins de bricolage qui regroupe la plupart des grandes enseignes du secteur, propose plusieurs garanties pour les salariés: volontariat, doublement au minimum de la rémunération, attribution d'un repos compensateur, engagements en termes d'emploi et d'accès à la formation.

D. L.