BFM Business

Le travail le dimanche ne fait pas l’unanimité chez les patrons

-

- - -

Christophe Rollet est le directeur général de Point S. C’est aussi une voix discordante au milieu des appels de patrons à assouplir la loi sur le travail dominical.

Pas question pour lui d’ouvrir l’un des magasins de l’enseigne d’entretien automobile un dimanche. Christophe Rollet, le directeur général de Point S, a bien été un temps tenté de le faire, mais il s’est ravisé depuis. Une voix discordante dans le débat sur le travail dominical.

D’abord parce que "Cela coûte et ne rapporte pas assez", assure-t-il. Il faut en effet compter "les charges supplémentaires comme l’électricité, les salaires, et la communication sur cette ouverture".

Ensuite pour des raisons sociales : le travail le dimanche ne crée pas plus d’emploi, dit Christophe Rollet. Pire même, il rend les employés moins performants à force de "trop charger la mule", selon lui.

Le directeur général de Point S demande donc le retrait de la loi de 2009 qui avait élargi les possibilités d’ouverture au dimanche. Il estime en effet qu’elle crée une "distorsion de la concurrence". Un constat qu’il partage avec la direction de Bricorama, forcé par la justice à ne plus ouvrir le dernier jour de la semaine.

BFMbusiness.com