BFM Business

Michel Sapin: "l'inversion de la courbe du chômage est entamée"

Michel Sapin estime que l'inversion de la courbe du chômage va durer.

Michel Sapin estime que l'inversion de la courbe du chômage va durer. - -

Le ministre du Travail s'est réjoui, jeudi 28 novembre, de la légère baisse du chômage au mois d'octobre. Mais il a rappelé que la bataille était loin d'être gagnée.

François Hollande est-il en train de gagner son pari? A en croire Michel Sapin, la réponse est oui.
Peu après la publication des chiffres du chômage du mois d'octobre, le ministre du Travail a affirmé que l'inversion de la courbe du chômage était "entamée" avec cette baisse du nombre de demandeurs d'emploi de 0,6%.

"C'est une bonne nouvelle, c'est le premier mois où le chômage recule véritablement", a-t-il déclaré au micro de BFMTV. "C'était l'objectif: amorcer l'inversion. Il fallait d'abord ralentir la hausse du chômage. Mais la bataille est devant nous, car il faut que cette baisse s'inscrive dans la durée. Il reste beaucoup trop de personnes au chômage."

"Pas de phénomène particulier" concernant la hausse des radiations

Le ministre avait, plus tôt, indiqué à l'AFP que "l'inversion de la courbe du chômage des jeunes, amorcée il y a six mois", était "déjà effective et s'inscrit dans la durée". En octobre, le nombre des inscrits de moins de 25 ans en catégorie A a en effet baissé de 2,3%.

"Il faut continuer à se battre pour faire baisser le nombre des chômeurs de toutes les catégories, celui des jeunes, évidemment, c'était le coeur de notre politique, mais aussi celui des plus âgés, et de ce point de vue là, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir", a-t-il poursuivi.

En ce qui concerne le bond des radiations administratives (+25,8% par rapport à septembre, +34,5% sur un an), Michel Sapin a affirmé qu'il n'y voyait pas de "phénomène particulier".

Autre interrogation: la hausse du chômage pour les catégories B et C (les personnes ayant eu une activité réduite). Pour le ministre, "cette augmentation (...) traduit le retour vers l'emploi, qui, dans un premier temps, ne se fait pas forcément vers des emplois durables ou à plein temps".

Y. D.