BFM Business

Mailly (FO): "L'article 2 de la loi Travail, c'est du dumping social"

"Invité de BFMTV et RMC, le leader de Force ouvrière a appelé François Hollande à "débloquer la situation", notamment en modifiant l'article 2 du projet de loi Travail. "

Les propos répétés de François Hollande, qui a de nouveau assuré vouloir aller jusqu'au bout pour faire passer le projet de loi Travail, n'ont pas refroidi les organisations syndicales.

Preuve en est: au micro de BFMTV et RMC, Jean-Claude Mailly a lui aussi campé sur ses positions. "Ce n’est pas la première fois qu’un président dit 'on ne bougera pas' et puis finalement le gouvernement est obligé de bouger", a ainsi déclaré le patron de Force ouvrière.

Pour lui, seul le chef de l'État détient la solution: "C’est lui qui peut débloquer la situation", a-t-il assuré, rappelant l'épisode du CPE lors duquel Jacques Chirac était finalement intervenu.

Mais bouger sur quoi? Le fameux article 2, "un point essentiel", cristallise en effet toutes les tensions. "C'est du dumping social, du dumping économique. C'est même antirépublicain", a poursuivi le dirigeant syndical, mettant en avant une inégalité supposée entre les salariés si le projet aboutissait. 

La pique à Manuel Valls

Pour autant, Jean-Claude Mailly ne s'est pas prononcé formellement pour le retrait total du texte. Mais il a lourdement insisté pour que les accords de branches puissent prévaloir sur les accords d'entreprises - ce qui constitue le principal point d'achoppement entre les syndicats et l'exécutif. "La CGPME, ils sont pour les accords de branche. Alors, l'article 2, c’est pour qui: le CAC 40, le Premier ministre, la CFDT?", s'est-il interrogé. 

Le leader de FO n'a d'ailleurs pas manqué d'adresser une sérieuse pique à Manuel Valls, trop "rigide" à son goût. "Avec son prédécesseur (Jean-Marc Ayrault, ndlr), ça ne se serait pas passé comme ça. Lui, il dialoguait beaucoup." 

Y.D.