BFM Business

Les instances du CAC40 se féminisent

La parité au sein des conseils d’administration des sociétés du CAC40 s’installe progressivement, note un rapport remis au gouvernement mercredi. Mais le problème persiste dans les entreprises de plus petite taille.

Une fois n’est pas coutume, la feuille de route semble tenue. La part des femmes dans les instances des grandes entreprises cotées semble ainsi avoir progressé de manière significative, selon un rapport publié mercredi. Elle reste malgré tout difficile à évaluer dans les autres entreprises concernées par les lois de parité, où des "stratégies de contournement" sont parfois mises en place.

Le Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) et le Conseil supérieur de l'égalité professionnelle (CSEP) avaient en effet été chargés d'évaluer l'application des lois de 2011 et 2012, visant notamment à accroître la part de femmes dans les conseils d'administration et de surveillance.

Un objectif ambitieux pour 2017

Dans les entreprises du CAC40, la part des femmes au sein des conseils a triplé depuis 2009, pour atteindre 34,1% en 2015. Néanmoins, la part de femmes décroît avec la capitalisation boursière, et en moyenne pour toutes les entreprises cotées, cette part est de 27,8%.

Si l'objectif intermédiaire de 20% en 2014 a été atteint "sans difficulté majeure", "il en va autrement de l'objectif de 40% pour 2017", estime le rapport. En particulier pour les entreprises de taille intermédiaire, pour lesquelles les données manquent mais qui estiment ne pas avoir encore un vivier suffisant d'administratrices.

Des "stratégies de contournement sont parfois d'ores et déjà mises en place": diminution du nombre des membres du conseil pour augmenter statistiquement le part des femmes, changement de statut juridique de l'entreprise, etc.

Le secteur public progresse

Les objectifs de 20% et 40% s'appliquent aux conseils de plus de 8 membres. Pour les plus petits, l'écart entre les femmes et les hommes doit être au maximum de deux.

Dans les entreprises non cotées visées par la loi (à partir de 50 millions de chiffre d’affaires et 500 salariés), la part de femmes dans les conseils était de seulement 14,2% en 2015.

Pour le secteur public, il est encore plus difficile de mesurer les évolutions, même si l'augmentation de la part des femmes "est en route" dans certaines entreprises ou établissements (Française des Jeux, RATP ...).

Y.D. avec AFP