BFM Business

Les auto-entrepreneurs prêts à lutter pour conserver leur statut

La page Facebook du mouvement des poussins, qui promet d'amplifier la lutte si une limitation dans le temps de leur statut est actée.

La page Facebook du mouvement des poussins, qui promet d'amplifier la lutte si une limitation dans le temps de leur statut est actée. - -

Le mouvement des poussins s'est mis en ordre de bataille ce mercredi, à la veille d'une rencontre avec Sylvia Pinel. Leur fronde continuera si la ministre déléguée à l'Artisanat persiste à vouloir limiter leur statut dans le temps.

Ils feront tout pour empêcher une limitation de leur régime. C'est ce qu'ont annoncé les "poussins", ces auto-entrepreneurs que l'annonce d'une réforme de leur statut par le gouvernement rend furieux. Réunis à la veille d'une rencontre avec Sylvia Pinel, la ministre déléguée à l'Artisanat, ils ont montré leur détermination.

Ils dénoncent en particulier la limitation dans le temps du régime, entre deux et cinq ans, évoquée par la ministre en charge du dossier comme piste de réforme. Une façon de lutter contre les abus que permettrait, selon elle, ce statut, et qui pourrait favoriser une distorsion de la concurrence.

En cas d'adoption, les organisations de défense des auto-entrepreneurs préviennent que leur mouvement "continuera, se structurera et s'amplifiera".

Un mouvement qui s'inspire de celui des "pigeons"

"Les décisions qui sont en voie d'être prises sont des erreurs graves", martèle le coordonnateur du mouvement Aurélien Sallé, également vice-président de l'Union des auto-entrepreneurs (UAE).

Une rencontre est prévue jeudi entre Sylvia Pinel et les représentants des auto-entrepreneurs, ainsi que les organisations d'artisans. Elle tentera de calmer la fronde des "poussins", auto-désigné ainsi en référence aux "pigeons".

Comme ces entrepreneurs qui se prononçaient contre une modification de la taxation des plus-values mobilières, le mouvement des "poussins" est né sur les réseaux sociaux puis est parvenus à se faire entendre des médias, et enfin du gouvernement.

Ils espèrent bien faire reculer les pouvoirs publics, comme y sont parvenus à l'automne dernier les patrons de start-up...

Nina Godart et avec agences