BFM Business

Les artisans entrent en campagne contre la loi Sapin II

Les artisans sont vent debout contre la réforme des qualifications qui touchera certains métiers.

Les artisans sont vent debout contre la réforme des qualifications qui touchera certains métiers. - Eric Piermont - AFP

"L'Union professionnelle artisanale (UPA) proteste contre la réforme des qualifications de certains métiers, prévue par le texte. "

Un nouveau front est-il en train de s'ouvrir contre la politique gouvernementale? L'Union professionnelle artisanale (UPA) a en effet lancé vendredi une campagne contre la loi Sapin II, qui sera débattue au Parlement à partir du 6 juin. Le tout afin de dénoncer la réforme des qualifications pour certains métiers prévue par le texte.

"En supprimant l'exigence de qualification, le gouvernement adresse en effet un message extrêmement dévalorisant" aux artisans concernés, ainsi qu'aux "400.000 apprentis que compte le pays", souligne l'organisation dans un communiqué.

En outre, il "ouvre grand la porte de la concurrence déloyale, du nivellement de la qualité par le bas et de la perte des savoir-faire artisanaux qui font la renommée de notre pays", ajoute l'organisation, par la voix de son président Jean-Pierre Crouzet.

Vestiges de la loi Noé

L'UPA précise avoir envoyé, pour se faire entendre, des "kits personnalisés" à six ministres, dont Emmanuel Macron, Myriam El Khomri et Michel Sapin, comportant des fiches métiers et "des outils en plastique pour s'improviser artisan".

La loi dite Sapin II, qui sera débattue du 6 au 9 juin, vise à améliorer la lutte contre la corruption, mais également à "moderniser la vie économique", avec notamment des mesures pour assouplir les règles d'entrée dans certains métiers.

Ces mesures, issues de l'ex-loi Noé du ministre de l'Economie Emmanuel Macron, prévoient de réduire le nombre d'activités soumises à l'obligation de qualification, afin de les ramener à celles présentant des "risques pour la santé et la sécurité des consommateurs". Ces obligations seront définies par décret.

Y.D. avec AFP