BFM Business

Lepaon (CGT): créer un million d'emplois, "une tartufferie"

Thierry Lepaon affirme que les entreprises créent déjà 200.000 emplois par an.

Thierry Lepaon affirme que les entreprises créent déjà 200.000 emplois par an. - -

Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, dénigre les engagements de Pierre Gattaz. Le président du Medef a promis de créer un million d'emploi en 5 ans dans le cadre du pacte de responsabilité. De son coté, la CFDT demande des engagements fermes de l'organisation patronale.

Thierry Lepaon ne croit pas aux engagements de Pierre Gattaz. Le secrétaire général de la CGT a qualifié, ce lundi 17 février, de "tartufferie" l'engagement du président du Medef de créer un million d'emplois en cinq ans s'il obtenait 100 milliards de baisse de charges sociales et fiscales.

"Il se promène partout dans le monde aujourd'hui avec son pin's "un million d'emplois". Un million d'emplois en cinq ans, c'est 200.000 emplois par an, c'est exactement ce que les entreprises créent de manière naturelle aujourd'hui", a affirmé Thierry Lepaon sur i-Télé.

"Cela veut dire que, selon Pierre Gattaz, il n'y aura pas de création d'emplois dans les cinq années qui viennent contrairement à ce qu'il dit sinon, il aurait mis un million plus un million", a estimé le numéro un de la CGT. "C'est donc une tartufferie de la part du président des patrons", a-t-il ajouté.

Pierre Gattaz, qui accompagnait François Hollande aux Etats-Unis la semaine dernière, avait semé le trouble répétant que les allègements de charges promis ne devaient pas s'accompagner d'une "contrainte" sur les entreprises. Il avait ensuite procédé à une clarification, n'excluant plus des "engagements chiffrés" en matière de création d'emplois dans le cadre du Pacte de responsabilité.

Pas d'engagements, pas de pacte

De son coté, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, espère des engagements fermes du Medef.

"Je suis très clair. Si dans la semaine M. Gattaz et le Medef ne disent pas qu'ils sont prêts à tenir un certain nombre d'engagements pour dire comment vont être utilisées les marges qui sont dégagées, il n'y aura pas de pacte de responsabilité qui vaille pour la CFDT", a menacé Lauent Berger sur RTL, estimant que "ce serait une catastrophe".

Il a estimé que "le patronat a aujourd'hui devant lui la capacité ou non de dire s'il est prêt à s'engager". "Nous avons besoin de ce pacte de responsabilité", a-t-il insisté.

D. L. avec AFP