BFM Business

Pacte de responsabilité: Montebourg réclame 1,65 million d'emplois

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, poursuit son offensive contre l'euro fort

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, poursuit son offensive contre l'euro fort - -

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg estime, dans les Echos de ce 10 février, que les entreprises devraient créer 1,65 million d'emplois en contrepartie au plan de responsabilité. Il s'en prend aussi une nouvelle fois à l'euro fort.

Arnaud Montebourg fait une nouvelle fois entendre sa différence. Dans une interview aux Echos de ce 10 février, le ministre du Redressement productif tacle de nouveau les entreprises à propos des contreparties au pacte de responsabilité alors que le PS se réunit en séminaire ce lundi pour évoquer justement ce sujet brûlant des contreparties. Et il s'en prend aussi à l'euro fort, coupable selon lui de casser la reprise en France.

La sanction ? Le regard de la nation !

"J'observe que sur ces cinq prochaines années, si la conjoncture est celle que nous prévoyons, la France créera environ un million d'emplois. Dans le même temps , nous aurons aussi 650.000 nouvaux arrivants sur le marché du travail. Du coup, le chômage ne baissera que d'un point", explique-t-il.

"Pour moi, l'objectif en termes de contreparties serait au minimum la création de 1,65 million d'emplois de manière à ce que l'effort des entreprises puisse contribuer à une baisse de 2 à 3 points du chômage", affirme-t-il. Voici quelques semaines, il parlait cependant de 2 millions d'emplois !

A propos d'éventuelles sanctions en cas d'objectif non atteint, Arnaud Montebourg se veut prudent : " la sanction, ce sera le regard de la nation dans toutes ses composantes, y compris les salariés dans l'entreprise auxquels des promesses auront été faites. Et c'est déjà pas mal".

L'euro pénalise l'industrie

Concernant l'euro fort, l'une des ses bêtes noires, le ministre du Redressement productif estime que "nous avons la zone la plus dépressive au monde et la monnaie qui s'apprécie le plus au monde. Cette situation est ubuesque".

Il rappelle que, selon la direction du Trésor, "une dépréciation (de l'euro ndlr) de 10% permettrait d'accroître notre taux de croissance de 1,2%. Cela créerait 150.000 emplois, améliorerait la balance commerciale et réduirait notre déficit public de 12 milliards". "L'euro pénalise l'industrie au lieu de la soutenir dans la grave crise de compétitivité que nous traversons". Le ministre réclame donc une reprise en main de la politique de change par les Etats européens.

Querelles de famille indécentes chez Peugeot

Arnaud Montebourg revient enfin sur le dossier PSA et la future ouverture de capital à Dongfeng et l'Etat français. " Dans cette affaire, l'Etat prend sa part de responsabilité, qui n'est pas excessive mais qui est décisive".

A propos des réticences de certains membres de la famille Peugeot à laisser ouvrir le capital, il lance: "les querelles indécentes au sein de la famille Peugeot ne peuvent plus avoir droit de cité tant l'enjeu du rebond de PSA est considérable".

P.C