BFM Business

Le coronavirus a un effet "dévastateur" sur l'emploi et la production, s'inquiète l'OIT

Un hôtel barricadé à Paris

Un hôtel barricadé à Paris - BFM Paris

La crise touche particulièrement les secteurs du tourisme et l'automobile, alerte l'Organisation internationale du travail. A elle seule, l'industrie du tourisme européenne perd environ un milliard d'euros de revenus par mois.

La pandémie de coronavirus a un effet "dévastateur" sur l'emploi et la production à travers le monde, s'est alarmée mardi l'Organisation internationale du travail (OIT).

"La crise du Covid-19 a un effet dévastateur sur les travailleurs et les employeurs", a affirmé l'organisation, à travers "des pertes massives, sur la production et les emplois dans l'ensemble des secteurs" de l'économie.

Malgré ce tableau noir, les travailleurs ne devraient retourner à leurs postes que s'ils bénéficient d'une protection adéquate, a ajouté l'antenne des Nations Unies basée à Genève.

"Le monde du travail traverse la pire crise internationale depuis la Seconde Guerre Mondiale" a affirmé Alette van Leur, directrice des politiques sectorielles de l'OIT, lors d'une visioconférence avec des journalistes. "L'impact économique de la pandémie sera probablement grave et durable", a-t-elle ajouté, estimant qu'il s'agissait d'une crise "majeure".

Des pertes d'un milliard par mois

Parmi les secteurs les plus touchés, celui du voyage et du tourisme, qui a contribué à la croissance mondiale à hauteur de 3,2% en 2018, et dont le secteur élargi a représenté jusqu'à 10,4% de la richesse créée, a affirmé l'OIT. Ce secteur, qui employait 319 millions de personnes en 2018 soit 10% de l'emploi mondial, pourrait se contracter de 45 à 70%.

"L'impact sur le tourisme est absolument énorme", a affirmé Mariangels Fortuny, à la tête de l'unité de l'OIT chargée de la foresterie, de l'agriculture, de la construction et du tourisme. A elle seule, l'industrie du tourisme européenne perd environ un milliard d'euros de revenus par mois, selon les estimations.

L'automobile a quant à elle été touchée par un triple coup dur d'après l'OIT: la fermeture des usines, les perturbations dans les chaînes de production et l'effondrement de la demande. En Europe, 1,1 million de travailleurs sur les 2,6 millions d'employés directs de ce secteur ne savent pas quand ils retourneront travailler, a affirmé Casper Edmonds, chef de l'unité des industries extractives, de l'énergie et de la fabrication.

La pandémie de coronavirus a fait plus de 170.000 morts à travers le monde depuis son apparition en décembre en Chine, entraînant un mouvement inédit de confinement sur la planète.

C.C. avec AFP