BFM Business

La CGPME refuse toujours de s'engager sur des créations d'emplois

Jean-François Roubaud ne considère pas que le patron du Medef représente les PME.

Jean-François Roubaud ne considère pas que le patron du Medef représente les PME. - -

Jean-François Roubaud, le patron de la CGPME, indique ce vendredi 14 février, être "incapable de s'engager sur l'emploi". Une réponse indirecte à Pierre Gattaz, le président du Medef.

Les organisations patronales ne sont pas décidées à parler d'une même voix. En particulier en ce qui concerne les contreparties à proposer en échange de la baisse de charges promise par le gouvernement. Alors que le Medef semble évoluer sur le sujet, la Confédération des petites et moyennes entreprises refuse toujours de s'engager sur des créations.

"Je ne porte pas de pin's. Je suis incapable de m'engager sur l'emploi", a déclaré le patron de la CGPME, Jean-François Roubaud, ce vendredi 14 février sur Europe 1. Il faisait référence au pin's arboré par son homologue au Medef, où s’inscrit en majuscules bleues sur fond moutarde "un million d’emplois".

"Quand il dit 'un million d'emplois', moi je ne sais pas le dire", martèle le patron de la CGPME. Le principe même de s'engager à créer des emplois est impossible, "quel que soit le chiffre". Car "les seules qui embauchent, ce sont les entreprises, pas la CGPME". D'autant plus que "on ne connaît pas les baisses de charge que l'on va avoir"

Rendez-vous avec Pierre Moscovici la semaine prochaine

Pour autant, il affirme que son organisation "mettra tout en œuvre pour que ce pacte de responsabilité fonctionne, parce que c'est de l'avenir de la France. Ce n'est pas la gauche, ce n'est pas la droite, c'est la France". Un rendez-vous est d'ailleurs prévu à Bercy pour évoquer le dossier la semaine prochaine, a-t-il précisé.

Avant d'accepter l'idée d'objectifs chiffrés, Pierre Gattaz a multiplié les déclarations contradictoires alors qu'il accompagnait FRançois Hollande aux Etats-Unis en visite d'Etat. Une attitude qui a dérouté le représentant des PME: "lors les voyages officiels, on est là pour représenter la France et la faire la plus belle possible. On n'a pas à régler nos problèmes intérieurs à l'étranger, surtout aux Etats-Unis. Donc j'ai été un peu surpris et déçu."

Le président de la CGPME, lui, n'était pas invité à ce voyage outre-Atlantique. De ce fait, les petites et moyennes entreprises n'étaient "pas représentées", a-t-il déploré. "Les PME, elles sont à la CGPME, le Medef est essentiellement sur les grandes entreprises".

N.G.