BFM Business

La bataille continue entre Uber et l'Urssaf

"L'organisme qui collecte les cotisations salariales et patronales veut obliger Uber à requalifier ses chauffeurs en salariés, et donc à payer des cotisations sociales. Uber considère que ses chauffeurs doivent rester indépendants."

C'est un bras de fer dangereux, avec le risque de faire vaciller l'un des secteurs les plus dynamiques de France. D'un côté, il y a l'Urssaf. L'organisme estime qu'entre Uber et ses chauffeurs, il existe un lien de subordination. L'entreprise doit donc les considérer comme des salariés, payer les cotisations correspondantes et donc participer au financement de notre système de protection sociale.

En face, il y a Uber qui affirme qu'être indépendant est un choix des chauffeurs, qui veulent pouvoir travailler de manière autonome et décider de leurs horaires.

Et au milieu, un paramètre: ces chiffres parus vendredi 13 mai. Le secteur des VTC est l'un des premiers pourvoyeurs d'emplois. Le premier même, dans les banlieues. L'année dernière, par exemple, 2.000 entreprises de VTC ont été créées en Seine Saint Denis. Et selon Uber, un quart des nouveaux chauffeurs était au chômage avant de se lancer dans le métier.

Dorothée Balsan