BFM Business

L'Assemblée vote l'expérimentation "zéro chômage longue durée"

L'Assemblée a voté le texte.

L'Assemblée a voté le texte. - Joel Saget - AFP

Le test grandeur nature va voir le jour. L'expérimentation de territoires "zéro chômage de longue durée" a été votée mercredi soir à l'unanimité à l'Assemblée nationale. Défendu par Laurent Grandguillaume, ce texte inspiré par l'association ATD Quart Monde, qui travaille sur le projet depuis plusieurs années, et soutenu par d'autres associations (Emmaüs, Secours Catholique, Fnars, pacte civique, Bleu Blanc Zèbre...), a obtenu l'aval de toute la gauche, comme de l'UDI et des élus Les Républicains. Au coeur du projet: une expérimentation législative, pendant cinq ans, dans dix micro-territoires volontaires, de l'embauche en CDI, payé au Smic, de chômeurs de longue durée dans une entreprise développant une activité dans l'économie sociale et solidaire, via la réaffectation des dépenses liées au chômage.

La mesure, si elle est jugée concluante, pourrait être généralisée. Alors que Laurent Grandguillaume estime que la proposition doit mobiliser un peu plus de 10 millions d'euros par an, la ministre du Travail a indiqué que pour la première année, l'État - dont l'engagement financier "viendra compléter celui d'autres partenaires, collectivités, organismes publics ou privé" - pourra consentir "un effort exceptionnel", qu'elle n'a pas chiffré. L'argent jusqu'alors alloué par l'État, les régions et les départements pour accompagner ces demandeurs d'emploi au travers du RSA, de contrats aidés ou de formations, servira à financer les salaires de ces personnes au chômage de longue durée. Laurent Grandguillaume espère aussi démontrer que le dispositif fera disparaître des coûts indirects du chômage, notamment de santé.

Les emplois identifiés vont des travaux de maraîchage ou forestiers, à l'aide à domicile, en passant par des travaux dans les campings. Cinq territoires ont déjà planché sur le projet, en impliquant tous les acteurs (élus locaux, Pôle emploi, etc.): Pipriac (Ille-et-Vilaine), Grand Mauléon (Deux-Sèvres), Prémery (Nièvre), Colombey-les-Belles (Meurthe-et-Moselle) et Jouques près d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Environ 2.000 chômeurs de longue durée seraient concernés, y compris des personnes qualifiées.

D. L. avec AFP