BFM Business

Hollande gêné par une "loi Florange"

François Hollande favorable à une "loi Florange"

François Hollande favorable à une "loi Florange" - -

Lors des vœux aux acteurs de l'Entreprise et de l'Emploi, jeudi 17 janvier, François Hollande a évoqué le projet de loi rendant obligatoire la cession d'un site rentable. Mais est-ce vraiment compatible avec sa volonté d'attirer des investisseurs étrangers ?

Jusqu'où faut-il aller pour obliger un industriel à céder un site rentable ? Le contraindre par la loi : c'est ce que réclame une partie de la majorité...

Au-delà de la limite juridique d'une telle démarche, le danger réside dans l'impact sur l'image de la France. Une telle loi risque, en effet, de brouiller le message d'une politique économique qui se dessine plus clairement depuis plusieurs semaines : le crédit d'impôt de 20 milliards accordé aux Entreprises, et l'accord du 11 janvier entre partenaires sociaux sont "le" signal structurel qu'attendaient les marchés et les partenaires européens de la France...

Dans le même temps, François Hollande s'est engagé dans une course pour attirer les investisseurs étrangers. Il était le 15 janvier aux Emirats où il a annoncé la création d'un fond commun d'investissement...Il part en Inde dans un mois et au Qatar dans deux.

A l'Elysée on ne s'en cache pas : on tente d'aller chercher l'argent là où il se trouve, en Asie et au Moyen Orient. Si François Hollande veut capter une partie de cette manne financière, il peut donc difficilement durcir l'environnement juridique en France. Mais il risque à l'inverse de se fâcher avec une partie de sa majorité...

Mathieu Jolivet