BFM Business

François Hollande en appelle aux investissements émiratis

Le chef de l'Etat veut renforcer la coopération entre Paris et Dubaï

Le chef de l'Etat veut renforcer la coopération entre Paris et Dubaï - -

En visite aux Emirats arabes unis, le chef de l'Etat a annoncé, mardi 15 janvier, la mise en place d'un fonds commun entre Paris et Dubaï afin de développer les investissements dans les secteurs porteurs comme les énergies renouvelables.

Paris et Dubaï vont mettre en place un fonds commun chargé d'investir dans les deux pays dans des domaines porteurs comme les énergies renouvelables ou le développement de la ville de demain.

En visite officielle aux Emirats arabes unis, ce mardi 15 janvier, François Hollande en a fait l'annonce lors d'une conférence de presse. Selon le président français, ce fonds sera calqué sur ceux existants entre la France et la Chine et avec le Quatar. La Caisse des dépôts sera chargée de la mise en place du fonds.

Déjà 4 milliards investis en France

Cette visite d’Etat intervient sur fond d’intérêt financier. Les Emirats arabes unis ont, en effet, investi 4 milliards d’euros en France en 2011, soit le quart des investissements du Moyen-Orient sur le sol français. A l’Elysée, on ne s’en cache pas, on cherche à maximiser ces entrées de capitaux.

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qui fait partie de la délégation officielle, expliquait ce 15 janvier que les grands groupes peuvent se passer de ces financements, mais pas les PME. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le ministre rencontrait, ce même jour, le fonds souverain d’Abu Dhabi, qui dispose de 1 200 milliards de dollars à investir.

Selon un des chefs d’entreprise qui accompagne François Hollande, le renforcement du partenariat stratégique entre la France et les Emirats souhaité par le président, vise à attirer une plus grande partie de cette gigantesque manne financière vers les entreprises françaises

Concernant cette fois l'échec, en 2009, du consortium français emmené par EDF, GDF Suez, Areva et Total pour un méga-contrat nucléaire aux Emirats gagné finalement par les Coréens, le chef de l'Etat a affirmé que "les Coréens ont été plus agressifs sur ce dossier". Et d'ajouter : "nous mettrons les entreprises (françaises) en situation de gagner, sans donner l'image de la division".

Mathieu Jolivet et envoyé spécial à Dubaï et BFM Business.com