BFM Business

Emplois non pourvus: d'où vient la pénurie de candidats?

Joëlle Jakubowicz, 27 ans, est manager des ventes aux Galeries Lafayette Haussmann, à Paris. Neuf autres postes équivalents au sien ne trouvent pas preneur.

Joëlle Jakubowicz, 27 ans, est manager des ventes aux Galeries Lafayette Haussmann, à Paris. Neuf autres postes équivalents au sien ne trouvent pas preneur. - BFM Business

Quand le chômage en France bat des records, l'évocation de centaines de milliers d'emplois non pourvus passe mal. Que recouvre ce phénomène? Qu'est-ce qui empêche ces postes de trouver des candidats?

Les chiffres du chômage du mois de septembre seront publiés ce vendredi à 18 heures. En août, près de 3,5 millions de personne n'ont exercé aucune activité en France.

Dans le même temps, il y aurait entre 350.000 et 600.000 offres d'emplois non pourvus. Pourquoi ces postes vacants ne trouvent-ils pas preneurs? BFM Business a mené l'enquête dans une entreprise qui peine à recruter: les Galeries Lafayette.

Des filières saturées, d'autres ignorées

Joëlle Jakubowicz a 27 ans. Elle est manager des ventes aux Galeries Lafayette Haussmann, à Paris, et anime une équipe de trente personnes. Neuf postes comme le sien restent encore à pourvoir, mais Bénédicte Deglas, la responsable recrutement des Galeries Haussmann, a bien du mal à trouver des candidats.

"Les étudiants sont orientés sur des filières assez saturées, comme le marketing ou l'événementiel. En revanche, ils méconnaissent ce métier pourtant très opérationnel, enrichissant et vraiment stratégique", explique-t-elle.

Pas de candidats de mauvaise volonté: pas de candidat tout court

Tous les jours, Météojob, un site de recrutement privé, reçoit des coups de fil d'entreprises qui ont elles aussi du mal à recruter. Le problème: l'inadéquation entre l'offre et la demande en matière de formation, estime Marko Vujasinovic, le président du site.

Il rappelle qu'"il y a quelques années, il n'y avait pas assez d'infirmières en France. Il fallait les recruter en Espagne ou en Roumanie. Aujourd'hui, on forme plus d'infirmières, et on a résolu le problème".

"Les emplois non pourvus ne le sont pas parce que les candidats refusent les offres. Le problème vient du flux de candidats", assure Marko Vujasinovic.

Ce sujet fait régulièrement l'objet de polémiques, notamment sur la proportion exacte de ce phénomène : 300.000, 400.000, 500.000? Quel qu'en soit le nombre, le gouvernement s'est penché sur la question des emplois non pourvus. Et a lancé deux plans successifs, de 30.000 puis 100.000 formations.

Alexandra Paget